XL Recordings/Beggars

On savait ce versatile Anglais doué, voire surdoué. Mais avec The OOZ, Archy Marshall alias King Krule passe un sacré cap, s’imposant comme le Tom Waits de la génération Z. Tout ce qu’il a fomenté sous ses différents alias (Zoo Kid, Edgar the Beatmaker…) trouve sur ce disque une résolution. Des syncopes froides de Dum Surfer aux volutes atmosphériques de Czech One, il concasse ici rock, blues, jazz, folk, pop et hip-hop sans aucun répit. À la fois métalliques et enfumées, ses réverbérations renvoient autant au Ween génialement avachi de The Pod qu’au phénoménal Black Metal de Dean Blunt. Jamais depuis cet incroyable album, d’ailleurs, on n’avait trituré avec autant d’intensité le blues urbain pour en tirer un matériau aussi neuf et terrassant. à la fois agressifs et caressants, expérimentaux et accessibles, ses morceaux décrivent une odyssée nocturne éclairée par La Lune – titre de la dernière piste qui nous laisse épuisés au bout du chemin. L’année avait été avare en disques capables de marquer leur temps au fer rouge. Ne cherchez plus : The OOZ a la grandiose insolence d’un nonchalant chef-d’oeuvre.

Rémi Boiteux
Articles similaires