Home Exposition La Braderie de l’Art

A pied d'œuvre

ambiances et artistes au travail (c) Jacob Khrist

Dans le Nord de la France, il y a la braderie de Lille, et puis celle de l’art. Pour les moules, on repassera. Par contre, question créativité, improvisation ou débrouillardise, vous êtes au bon endroit. Où ça ? à la Condition Publique, pardi !

27e édition déjà pour la Braderie de l’Art. Et un principe bien rodé : près de 150 artistes s’enferment durant 24 heures à la Condition Publique. Sous le regard des visiteurs, ils y conçoivent un tas d’œuvres et d’objets hétéroclites (meubles, lampes, sculptures…) en puisant dans un “hyper stock” de 3 000 m3 de matériaux de récupération. Ceux-ci sont ensuite vendus entre 1 et 300 euros. Plus qu’un marché ou une foire, cet événement reste un gigantesque workshop – d’où vous pourrez repartir avec un cadeau unique, à la veille de Noël !

Au service du collectif
Né en 1991 sur une idée de Fanny Bouyagui, qui souhaitait « rendre l’art accessible à tous », cette braderie n’a jamais aussi bien collé aux préoccupations actuelles : le recyclage, le partage, ce fameux esprit “Do it Yourself”… « Oui, je retrouve chez beaucoup de créateurs actuels cette énergie collective qu’on avait au début des années 1990 », remarque Sabine Duthoit, la porte-parole d’Art Point M. Parmi les designers, illustrateurs, pochoiristes, soudeurs (on en passe) présents à Roubaix, citons les Marseillais de Yes We Camp, notamment responsables des “Grands Voisins“, un mini-village collaboratif et solidaire qui a poussé dans l’ancien hôpital Saint-Vincent de Paul, à Paris. Ils croisent ici les Lillois de Faubourg 132, passés maîtres dans l’art de redonner une vie aux objets, en initiant des projets participatifs. Que vont-ils imaginer encore ? Ça, c’est à vous de le découvrir…

Julien Damien
Informations
Roubaix, La Condition Publique

Site internet : http://www.laconditionpublique.com/

mercredi > dimanche, 14h > 18h

02.12.2017>03.12.2017sam : 19 h > 2 h 30, dim : 8 h 30 > 19 h, gratuit
Articles similaires
Photo Pierre Demoux
© Alexandre Chabert