Home Musique Kelela

Girl Power

Vous ne la connaissez peut-être pas, mais vous l’avez sûrement déjà entendue. Et pour cause : sa voix envoûtante traverse les meilleurs albums de ces dernières années (de Gorillaz à Solange Knowles). Échappée de l’underground grâce à son EP Hallucinogen (2015), Kelela porte aujourd’hui son R’n’B hybride en solo.

Nue, de longues tresses recouvrant son corps, Kelela nous fixe d’un regard ténébreux sur la pochette de son premier disque, Take Me Apart. Sorti en octobre dernier, il révèle un style sombre et sensuel où s’entrechoquent tourments amoureux et… réflexions politiques. La chanteuse de 34 ans avait prévenu : « il s’agit d’un album personnel, mais le caractère politique de mon identité influence le son. Je revendique à la fois une certaine vulnérabilité et une grande force ». Gare aux malheureux qui la cantonneraient aux bleuettes adressées aux teenagers et autres sirops frelatés (Mariah Carey, si tu nous lis). Kelela se livre sans concession, sexy sans être vulgaire, indifférente aux canons imposés.

Genre idéal

Ouvertement engagée, elle enfonce le clou : « il n’y aura jamais assez de chansons qui encourageront la femme noire ». À l’instar d’une Princess Nokia ou d’une Kali Uchis, elle refuse de se soumettre aux règles d’une société qu’elle juge misogyne et raciste – à juste titre, au regard de notre actualité… Bref, la musique reste son seul moyen de contestation. Ce n’est pas un hasard si elle a tapé dans l’oeil de Warp, l’inénarrable label anglais, défricheur electro entre tous : Kelela fusionne jazz langoureux, vibrations soul mâtinées d’une touche synthétique, servant un R’n’B d’un nouveau genre. Celui qui donne la chair de poule.

Sonia Abassi
Concert(s)
Kelela
Anvers, Trix

Site internet : www.trixonline.be

02.12.2017 à 19h3018/16,50€
Articles similaires
 (c) Boris Gortz

(c)Jokko