Sans filtre

« Nous construisons tous notre propre réalité. Nous le faisons chaque jour sur nos blogs, nos comptes Instagram (…). Et nous voulons croire que les images extrêmement travaillées de nos fils d’actualité sont authentiques, tout en sachant que le monde ne ressemble pas à cela ». En pur produit de la génération Y – il est né en 1984 – Pawel Nolbert maîtrise l’esbroufe des réseaux sociaux et les artifices rendant le réel plus séduisant. Mais chez ce graphiste polonais, ce ne sont pas les filtres Mayfair ou Nashville qui enjolivent le quotidien, plutôt les couleurs. Ciel rose chewing-gum et câbles électriques violets, aplats géométriques fluorescents et asphalte vitaminé, le pigment est roi dans les instantanés urbains de Constructed, shootés lors d’un road trip aux états-Unis. Plus abstraite, la série Material exploite la subtilité de l’aquarelle à travers des compositions distordant les volumes et les reliefs. « Les gens ont toujours préféré la magie au réalisme », souligne-t-il. En une quinzaine d’années, celui qui a choisi le nom HelloColor pour son identité en ligne a ainsi gagné la confiance de grandes marques, déployant sa palette sur la virgule de Nike ou autour des flacons Johnnie Walker. La presse aussi lui a accordé ses faveurs. En 2014, pour le magazine américain The New Republic, il a livré sa version de l’esperluette XXL qui ouvre le cahier “Livres et arts”. Le caractère typographique s’y révèle bigarré et tout en texture. Définitivement plus excitant que sur le clavier.

Marine Durand
Articles similaires
Owen Davey, Ripe Music Lover #1