Peinture fraîche

Tristan Eaton, Bern's mural © Pezz photo

Né en 1978 à Hollywood, Tristan Eaton demeure l’un des plus grands street-artistes américains. Comme beaucoup, il a commencé dans la rue, s’attaquant à tout ce qui lui tombait sous la bombe, des panneaux d’affichage aux poubelles. D’abord à Londres à la fin des années 1980, où il se considérait comme « un punk à skateboard », puis à Détroit. Ses toiles ont depuis rejoint la collection permanente du MoMA à New York et il est exposé dans le monde entier, tout en continuant à gratifier les murs des grandes villes de ses fresques, jugeant l’art comme « un droit pour les classes défavorisées ». Graffitis, peintures, illustrations… Tristan multiplie les pratiques et ses oeuvres ressemblent à des collages déchirés. Celles-ci mêlent esthétique vintage et pop art, trait net et composition complexe, noir et blanc et couleurs vives. On y devine aussi son amour pour la bande dessinée. Ce lecteur de la revue anglaise 2000 AD reste marqué par Simon Bisley et ses dessins de Judge Dredd, ou le manga Akira. Aujourd’hui installé à Los Angeles, où il a fondé le studio Thunderdog, Tristan s’illustre également dans le design des jouets. Il en a créé un premier pour Fisher Price à l’âge de 18 ans et façonné pour Kidrobot les célèbres figurines Munny et Dunny. Il a ainsi tapé dans l’oeil de clients prestigieux dont Barack Obama, pour qui il a conçu une série d’affiches en 2008, ou encore… Thierry Henry ! Il a en effet imaginé pour le footballeur une fresque ponctuée de cibles sur lesquelles il devait shooter pour la révéler. Une autre manière de faire le mur, comme dirait l’autre…

Julien Damien
Articles similaires