20 ans déjà

Le Grand Mix a 20 ans. Identifiée “pop-rock-folk”, la salle tourquennoise s’est taillé une belle réputation de tête chercheuse, dans la métropole lilloise comme en France. Françoise Dupas, ancienne directrice, et Boris Colin, son successeur, nous racontent l’histoire d’un lieu devenu incontournable, et qui attend un beau cadeau d’anniversaire…

Au premier abord, l’endroit ne paye pas de mine : une grande porte verte encastrée dans un mur de briques donnant sur une rue quelconque de Tourcoing… Mais l’essentiel est à l’intérieur. Car cet ancien foyer catholique abrite un temple de la musique du Diable – entre autres. Le Grand Mix est né en septembre 1997, d’une volonté politique locale d’offrir une salle de concerts digne de ce nom à une ville mal pourvue (pour l’anecdote, c’est Arno qui essuya les plâtres). Comme toutes les belles histoires, celleci est faite de hauts et de bas. Françoise Dupas en sait quelque chose : quand elle fut nommée directrice, en mai 2001, l’association gérant les lieux (La Passerelle) était en redressement judiciaire. On ne la cite pas pour rien. La Nantaise est de ceux qui redressèrent la barre. « C’est surtout elle qui a donné au Grand Mix une véritable identité », assure Vincent Nocrékul, le directeur de la communication.

A la marge

« Il fallait se positionner face à une offre musicale déjà très riche. On a donc choisi un créneau inoccupé : le rock indé, progressif, ces genres à la marge et novateurs, sans courir après les têtes d’affiche raconte Françoise, aujourd’hui au Petit Faucheux, à Tours. On était fan de petits labels, par exemple les Canadiens de Constellation, avec des groupes comme A Silver Mt Zion ». Proche de la Belgique, le Grand Mix constitue une halte intéressante entre l’Angleterre et Paris. « On a donc commencé à attraper des groupes internationaux peu visibles en France ». Bien aidé en cela par Patrice “Bud” Budzinski « qui avait le nez pour saisir des opportunités ».

La ligne artistique n’a pas changé, s’ouvrant au fil des ans au rap, aux musiques électroniques. On jette quelques noms au débotté : The XX, Tame Impala, Bon Iver, Broadcast, The Lemon Twigs… Une affiche assurant la renommée du lieu au-delà de la métropole. « Mais c’est plus facile de redresser un endroit qui va mal que d’en maintenir un qui va bien » souligne Françoise. Ça, c’est le boulot de Boris Colin, qui a pris la relève en 2008. Avec succès. « On est passé de 450 abonnés à près de 1 400 aujourd’hui », pour une affluence estimée à 30 000 spectateurs par saison et une capacité de 650 places. Soit « la plus grande des petites salles, ou la plus petite des grandes ». Une jauge qui permet de programmer des pointures comme des inconnus. Cette année, on attend Black Lips, Roméo Elvis ou Blanck Mass et les plus discrets Dillon Cooper ou Aldous Harding.

Entre les goûters-concerts à destination des mini-tympans ou les afterworks (à 18 h, gratuit !) s’ajoute une politique d’accompagnement d’artistes régionaux (Rocky, Lena Deluxe ou Laetitia Sheriff son passés par ici), mais aussi d’actions culturelles. Citons les chorales séniors ou les ciné-concerts auprès de patients dialysés. « Il s’agit d’amener la culture là où elle ne va pas, en l’occurrence à l’hôpital, indique Juliette Callot, en charge du sujet. Ici, les personnes malades sont équipées d’un casque et écoutent un concert joué pour eux en direct, tandis que des images sont projetées au plafond  ».

Le temps de grandir

20 ans, c’est le bel âge, mais aussi le temps de grandir. Pour son anniversaire, le Grand Mix va d’ailleurs recevoir un beau cadeau : le bâtiment Herrebeaux, qui le jouxte. Cet ancien magasin de 1 400 m2 et quatre niveaux va être réaménagé en un espace supplémentaire pouvant accueillir 300 personnes – façon club – et un nouveau studio. « On va franchir un cap, s’enthousiasme Boris. Il s’agit de s’ouvrir sur la ville en concevant un lieu de vie ouvert à toute heure, avec un bar à midi ». Le projet devrait voir le jour en septembre 2019. En attendant, le Grand Mix fermera de décembre à octobre 2018. On se rassure : sa programmation est accueillie par le Théâtre l’Ideal à Tourcoing, la Condition publique et l’Hospice d’Havré, à Roubaix. Plus on est de fous, plus on mixe (grand) !

____________________________

A voir cette année : Trinix (28.09) // Girma Bèyènè & Akalé Wubé (07.10) // Lomepal (13.10) // La Tournée des iNOUïs : Last Train + Clément Bazin + Eddy de Pretto + Lysistrata (14.10) // Roméo Elvis & Le Motel, Caballero & JeanJass (18.10) // J. Bernardt (19.10) // Loyle Carner (24.10) // Zombie Zombie, Blanck Mass (25.10) // Dillon Cooper (26.10) // Fink (11.11) // Aldous Harding (14.11) // Black Lips (16.11)…

Julien Damien
Concert(s)
Le Grand Mix - 20 ans ! : BRNS + Traams + The KVB + Ulrika Spacek + Diet Cig
Tourcoing, Le Grand Mix

Site internet : http://www.legrandmix.com/

23.09.2017 à 18h0016€ / 20€ / 5€ pour les m16€ / 20€ / 5€ pour les moins de 18 ans / 2 crédit-loisirs / Pass 2 jours : 36€ / 28€ abonnés
Le Grand Mix - 20 ans ! : Isaac Delusion + L'Impératrice + Weval (Live) + Azekel
Tourcoing, Le Grand Mix

Site internet : http://www.legrandmix.com/

22.09.2017 à 20h00 16€ / 20€ / 5€ pour les moins de 18 ans / 2 crédit-loisirs / Pass 2 jours 36€ / 28€ abonnés
Le Grand Mix - 20 ans ! : MINI MIX - Journée Jeune Public
Tourcoing, Le Grand Mix

Site internet : http://www.legrandmix.com/

24.09.2017 à 11h002€/gratuit (-3 ans)

Au programme

20 ans, ça se fête, non ? Pour l’occasion, le Grand Mix ouvre ses espaces extérieurs (investis par des food-trucks, des bars…). « On ne l’avait plus fait depuis les soirées RADAR, ça rappellera des souvenirs aux habitués », se réjouit Julien Guillaume, le programmateur. Côté son, on reste fidèle à la ligne de la salle tourquennoise : de la découverte, des groupes pointus et un large spectre de styles. Vendredi c’est electro (mais lundi, ça reste ravioli). La folktronica d’Isaac Delusion ouvre le bal, suivie de la space disco sexy de L’Impératrice. En fin de soirée, les Néerlandais de Weval mettent tout le monde d’accord en creusant un sillon plus profond et granuleux. Le lendemain, c’est guitare à toutes les sauces : rock (BRNS), psyché (Ulrika Spacek) ou punk (Diet Cig). Dimanche, place au “Mini Mix” et son ambiance « familiale ». Outre le ciné-concert de GaBlé et ses samples d’instruments bricolés accompagnant de vieux cartoons, les enfants revivent la Grande Boucle avec “Un tour à biclou”, soit un manège à pédales tournant à la force du mollet – parce que la fête, c’est leur rayon.

Isaac Delusion, L’Impératrice, Weval, Azekel, 22.09, 20 h, 20 > 5 € (-18 ans) // BRNS, Traams, The KVB, Ulrika Spacek, Diet Cig, 23.09, 18 h, 20 > 5 € (-18 ans) // Mini Mix (journée jeune public : ciné-concerts GaBLé, Comicolor, NUMéROBé, Loup Blaster + Fresque collaborative avec 4letters + Ateliers (Wundertüte, Felix, Chicken, Zero Waste…) + SupaGroovalistic + Un Tour à biclou + Foodtrucks…, 24.09, 11 h, 2 € / gratuit (-3 ans)