Passé recomposé

Traces

Quelque chose cloche dans ces images. Ces fillettes en maillot de bain tenant le même ballon ont les bras trop longs, tandis que cette famille prend un malin plaisir à se verser du lait sur la figure. Et que dire de ces jeunes femmes perchées sur les épaules de leurs “boyfriends”, dont la tête a disparu dieu sait où… Issues de la série Traces, ces photographies témoignant de l’American way of life ont été déformées de manière étrange, engendrant des scènes qui ne jureraient pas dans un film de David Lynch. Un passé recomposé avec un sens de l’absurde certain par Weronika Gesicka. « J’ai revisité des clichés provenant des archives américaines des années 1950 et 60, achetés à une banque d’images, détaille l’artiste polonaise. En les examinant de près, je ne savais pas exactement lesquels étaient authentiques, c’est à dire issus d’un véritable album de famille, ou créés pour une séance photo commerciale ». Qui sont vraiment ces gens ? Quels liens les unissent ? Weronika ménage le doute, sur le fil entre réalité et fiction. Comme au sortir d’un rêve. « Je travaille avant tout sur la mémoire, personnelle et collective. La façon dont nous percevons le passé, dont nos souvenirs évoluent avec le temps guide ma recherche ». Certains événements ou visages persistent dans notre esprit, d’autres s’estompent mais laissent toujours une trace, et autant de lignes de fuite.

RETROUVEZ NOTRE INTERVIEW DE L’ARTISTE ICI !

Julien Damien