Contourner les évidences

Nendo, farming net, 2012 © Hiroshi Iwasaki

Nendo. Guère évocateur pour le grand public, le terme renvoie pourtant les amateurs de design à une certaine idée de l’excellence. Formé en 2002 autour d’Oki Sato, le collectif japonais a conceptualisé cette rétrospective d’envergure inédite, révélant le travail d’un studio majeur sur la scène internationale.

Le style Nendo ? « C’est un mélange de rigueur extrême et d’économie de moyens », analyse Marie Pok, consciente de ne pas éviter « les clichés sur la culture japonaise ».  « Mais il y a toujours un twist, un moment où la silhouette de l’objet dévie, sort du cadre », ajoute la directrice du Centre d’innovation et de design, qui a collaboré pendant deux ans avec le designer Oki Sato pour donner naissance à Invisible outlines. Les « contours invisibles », voilà l’idée qui a motivé la sélection des 198 accessoires, éléments de mobiliers ou projets collaboratifs exposés au Grand-Hornu. Un « changement délibéré de point de vue sur des choses apparemment banales ». S’ouvrant dans l’atrium, le parcours nous emmène du magasin aux foins aux écuries, et se divise en 12 catégories, comme autant d’aventures bouleversant le destin d’un objet. “Soustraction” d’une partie du contour, pour ce tabouret aux pieds sectionnés sous l’assise, “connexion” entre les silhouettes de cinq tasses et d’un pichet à saké, mais aussi “limites”, “superposition”, “métamorphose”… Les manipulations créatives de Nendo chamboulent la moindre perception que l’on avait alors des objets du quotidien. Renversant.

Marine Durand
Informations
Hornu, CID, Centre d'innovation et de design au Grand-Hornu
21.05.2017>01.10.2017mar>dim: 10-18h, 8 / 5 /2 € /  gratuit (-6 ans)
Articles similaires
© Foreal studio