One Two Three, Four Ramones

Futuropolis

De leur look à leurs envolées bubble-gum, les Ramones incarnèrent le plus cartoonesque des groupes punk rock. Pas étonnant donc que le 9e art se penche sur une saga bien plus glauque que ce qu’en laissait paraître ces hymnes (pas toujours) crétins. Le trait fluide et la prose documentée (on reconnaît des anecdotes relatées par le bassiste Dee Dee Ramone dans ses mémoires Mort aux Ramones !, 2002), le trio d’auteurs laisse, hélas, peu de place à l’interprétation. Les faits sont là. La légende est tragique et méritait d’être contée. Les néophytes seront comblés mais on regrette de ne pas retrouver une patte, un parti pris, un point de vue personnel. Ce bémol passé, reste une chouette BD à lire en écoutant Pleasant Dreams, au hasard. 96 p., 20 €

Thibaut Allemand
Articles similaires