Home Festivals Latitudes Contemporaines

Danses du monde

Lisbeth Gruwez, We’re pretty fuckin’ far from okay… © Leif Firnhaber

Quinze ans à la barre des Latitudes Contemporaines n’ont pas entamé la détermination de Maria-Carmela Mini à défendre une scène vivante, ouverte, et des artistes d’avantgarde. Le festival se penche cette année sur la diversité. « Un sujet récurrent dans le discours des politiques, que nous n’allions pas leur laisser ». Lumière sur une édition combative.

Israël, Liban, Italie, états-Unis… Sur la vingtaine de spectacles présentés sur 11 scènes de l’Eurométropole, plus de la moitié ont été glanés hors de notre territoire. « Ce n’est pas intentionnel, mais ce que je voyais à l’étranger me semblait plus convaincant », expose la directrice artistique, rappelant qu’il est essentiel de soutenir la nouvelle génération en faisant fi des frontières. Les chorégraphes Radouan Mriziga et Fouad Nafili présentent chacun leur première création, évoquant respectivement la culture marocaine et la quête d’identité, tandis que l’Afghane Kubra Khademi profite de son “pop-up performatif”, une nouveauté 2017, pour dénoncer la « misogynie ordinaire ».

Formes inédites

L’audace se manifeste aussi sur le plan esthétique. « Il y a des formes que je n’avais jamais vues sur scène », relève Maria-Carmela Mini. Héritiers de Podemos, les Espagnols du collectif El Conde de Torrefiel se positionnent au carrefour du théâtre, de la littérature, de la danse et des arts plastiques pour porter un regard critique sur l’Europe. Kate McIntosh, habituée du festival, n’est pas en reste et sollicite avec In Many Hands tous les sens des spectateurs. Toucher, écouter, sentir… La meilleure façon de s’ouvrir au monde ?

 

Marine Durand
Informations
Lille, Divers lieux
07.06.2017>09.07.2017divers, 10 / 5 €, pass 4 spectacles : 20 €, pass 6 spectacles : 30 €

Programme :

Sécur!té (Yuval Rozman et les jeunes de l’Alefpa), Pop-up performatif (Kubra Khademi + Robbert&Frank, Frank&Robbert+  Keyon Gaskin) (07.06) // Guerrilla (El Conde de Torrefiel) (07 & 08.06) // DFS (Cécilia Bengolea et François Chaignaud) (08 & 09.06) // Phantasmagorica (MP5  et Teho Teardo) (09.06) // 55 (Radouan Mriziga) (09 & 10.06) // Réalisation d’une fresque à la Condition Publique, Oblivion (Sarah Vanhee),  We are the monsters (Colette Sadler),   Sarab « Mirage » + set de DJ Moulinex (Fouad Nafili) (10.06) // Don’t we derserve grand human projects that give us meaning ? (Robbert&Frank, Frank&Robbert), Marvelous (Bryan Campbell)  (12.06) //  Hate Radio (Milo Rau) (13 & 14.06) // La posibilidad que desaparecefrente al paisaje (El Conde de Torrefiel) (14.06) // Only One of Many (DD Dorvillier et Sébastien Roux)  (15.06)  // We’re pretty fuckin’ far from okay (Lisbeth Gruwez) (15 & 16.06) // In many hands (Kate McIntosh) (16 & 17.06)  // As far as my fingertips take me (Tania El Khoury) (16, 17 & 18.06) // / Run run baby run run (Mehdi-Georges Lahlou), Bal populaire avec Prieur de la Marne (17.06) // Cinémix : Freaks (Prieur de la Marne) (18.06) // En Chinoiseries ( I-Fang Lin & François Marry),  PARADES & CHANGES, REPLAY IN EXPANSION (Anne Collod & Guests) (20.06) //  Hydre (Yuval Pick) (24 & 25.06) // We are the monsters (Colette Sadler) (09.07)

Articles similaires