Home Exposition Astérix chez les Belges

Par Toutatis, une fois !

Asterix - Obelix © 2017 Les éditions Albert René / Goscinny - Uderzo

Le CBBD rend hommage à René Goscinny et Albert Uderzo à travers une exposition uniquement consacrée à Astérix chez les Belges. Ce parcours ludique décortique les références au plat pays qui jalonnent cet album sorti en 1979, et aujourd’hui réédité.

« De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves… » écrivit Jules César dans sa Guerre des Gaules. Il n’en fallait pas plus pour outrer nos irréductibles Gaulois, Abraracourcix en tête, bien décidés à vérifier sur place la validité d’une telle affirmation (oui Môssieu !). Voilà le point de départ d’Astérix chez les Belges, 24e et dernier album écrit en tandem par René Goscinny et Albert Uderzo. L’occasion de s’intéresser au plat pays, où ils s’étaient rencontrés, en 1951 – d’ailleurs, les deux premières adaptations sur grand écran d’Astérix étaient l’œuvre du studio Belvision. « La BD est truffée de clins d’œil à l’ histoire de la Belgique », explique Mélanie Andrieu, commissaire de cette exposition « ludique ».

Bienveillance

Ce parcours est ponctué, non pas de planches originales (pas le but), mais de fac-similés épluchant les références aux célébrités belges (Annie Cordy, ici Nicotine, ou Eddy Merckx), aux belgicismes et la gastronomie : frites, Brassica, la cervoise (meilleure que la potion magique) ou le waterzooi (qui offrit cette succulente déclamation: « waterzooi waterzooi waterzooi morne plat », parodiant le « Waterloo, Waterloo, Waterloo morne plaine » de Victor Hugo). L’exposition s’intéresse aussi à la représentation du peuple belge dans la série, dépeint comme « jovial et sympathique ». Moqueurs, Goscinny et Uderzo ? Pas du tout, fieu ! « Ils ont le talent de révéler les autres cultures en s’appuyant sur des clichés, mais toujours avec tendresse et bienveillance, selon Jean Auquier, le directeur du CBBD. D’ailleurs, Uderzo adore la Belgique, il a toujours eu le sentiment d’y être beaucoup moins moqué qu’à Paris ».

Pâté(e) de Romains

L’accrochage offre aussi l’occasion de (re)découvrir de superbes dessins. « Le trait d’Uderzo est somptueux, à la fois extrêmement rond, en perpétuel mouvement, d’une formidable précision, en particulier anatomique et toujours au service de l’humour. Lorsqu’un légionnaire romain est confronté à une chose abracadabrante, par exemple, vous voyez dans son regard quelque-chose de particulier, il faut s’appeler Uderzo pour pouvoir le montrer. C’est évidemment un des grands maîtres du dessin d’humour en Europe au XXe siècle, au même titre que Franquin ». Reste une question : les Belges sont-ils aussi braves que l’affirmait Jules ? « Eh oui, les Nerviens comme on les appelait, ont vraiment battu les Romains, dans une vallée de Wallonie. On a aussi eu notre Vercingétorix à nous, il s’appelait Ambiorix ». Oui Môssieu !

A LIRE AUSSI : 

PEYO, A RETROSPECTIVE

LES RENDEZ-VOUS DE LA BD D’AMIENS

 

Julien Damien
Informations
Bruxelles, CBBD

Site internet : http://www.cbbd.be

Tous les jours (sauf lundi) de 10 à 18 heures.

01.06.2017>03.09.2017tous les jours : 10 h > 18 h, 10 > 3,50 €
Articles similaires