Home Exposition Art nouveau ? ¿ Art déco

Pignons sur rue

Paul Saintenoy, Old England, rue Montagne de la Cour à Bruxelles, 1898 (Style Art Nouveau)

Art nouveau ou déco ? Difficile de s’y retrouver dans la capitale belge tant les mouvements architecturaux s’y entrelacent. Si bien que, lorsque le CIVA (lieu de l’exposition) a annoncé son déménagement dans le centre Citroën, un journal vanta les mérites de ce splendide bâtiment au style Art nouveau, alors qu’il s’agissait d’un non moins superbe immeuble… Art déco ! Une confusion qui a motivé la tenue de cet accrochage didactique.

Il n’est pas si évident de différencier ces courants artistiques majeurs du début du XXe siècle. Les matériaux et techniques qu’ils mobilisent sont similaires. Pourtant sur le plan esthétique, le contraste entre les deux est palpable. Alors que l’Art nouveau se caractérise par des courbes et références végétales, son successeur privilégie les lignes brisées inspirées du progrès technologique de l’époque (la voiture, l’aviation). Cette évolution répond d’ailleurs à des questions économiques. « Il a fallu contenter une bourgeoisie au capital amoindri par la Grande guerre » explique Laureline Tissot, co-commissaire de l’exposition. D’où l’émergence de l’Art déco, plus épuré et à la symétrie impeccable, frappante dans le cas de l’hôtel Haerens conçu par Antoine Courtens.

Alexis Dumont, façade de l’Institut des Arts et Métiers, 50 boulevard de l’Abattoir à Bruxelles, 1928-1933. (Art déco)

Alexis Dumont, façade de l’Institut des Arts et Métiers, 50 boulevard de l’Abattoir à Bruxelles, 1928-1933. (Art déco)

Un travail d’orfèvre

Cet événement recense les plus beaux exemples belges des deux courants. Il s’ouvre sur une présentation de la maison de Paul Hankar et de hôtel Tassel de Victor Horta, véritable manifeste Art nouveau, construit en 1893. . La minutie de ces maîtres est détaillée au fil du parcours : « Ici, rien n’est laissé au hasard, de l’encadrement des portes jusqu’à la petite cuillère, Henry Van de Velde dessinait même les robes de sa femme pour qu’elles soient en harmonie avec le style de sa maison » raconte la curatrice. Enfin, un segment est dédié à l’image de la femme et notamment l’évolution de sa silhouette. Tandis que l’Art nouveau affiche des lignes souples, l’Art déco défend l’image d’un corps plat, androgyne et libéré, en phase avec son temps. Plus moderne, en somme.

Hugo Guyon
Informations
Bruxelles, Fondation CIVA Stichting
01.05.2017>28.05.2017mar > dim : 10 h 30 > 18 h, 10 > 5 €

Bruxelles – Jusqu’au 28.05, Fondation CIVA, mar > dim : 10 h 30 > 18 h, 10 > 5 € / gratuit -18 ans), www.fondationciva.brussels

Articles similaires