Home Exposition Révolution bande dessinée

Planches de salut

Couvertures Métal Hurlant n°33 bis

Neuvième art, mitan des seventies : la bande dessinée entre de plain-pied dans l’âge adulte grâce à deux revues : Métal Hurlant et (À Suivre). Essentiels, ces deux magazines se partageaient quelques auteurs et, surtout, la volonté de tirer le genre vers d’autres horizons.

Héritiers de la revue Pilote, Métal Hurlant apparaît en 1975 et (À Suivre) trois ans plus tard. La première était orientée SF et fantastique et la seconde, plus littéraire – pour le dire à grands traits. Dans les deux titres, Pratt, Tardi, Comès, Manara, Forest, Sokal ou Baru pouvaient exploser les codes, les cadres, la narration, et donner libre cours à leur imagination. Aucune rivalité, juste une saine émulation entre les deux revues – de nombreux pinceaux faisaient l’allerretour de l’une à l’autre. Ainsi, cette exposition propose de feuilleter la toute première BD de Tardi parue dans Métal : une élucubration SF reniée par son auteur, mais qui vaut le coup d’oeil.

Pas encore casé

En quelque 300 planches originales présentées en vis-à-vis, les deux titres s’offrent dans toute leur beauté. De nombreux entretiens vidéo (citons Dionnet, Schuiten, Druillet, Bilal, Margerin, Nicolas de Crécy ou le jeune retraité Philippe Manoeuvre) ponctuent un parcours riche d’enseignements. Présentée pour la troisième fois (après Landerneau et Angoulême), Révolution bande dessinée tient également à faire prendre conscience aux grands musées (français et belges) de la nécessité d’acquérir des planches originales, véritables oeuvres au même titre qu’une estampe ou un bronze. Cependant, et sans rien enlever à son apport à l’histoire des arts, on s’interroge : cette école buissonnière, née du moment post-68 et revitalisée par la contre-culture, a-t-elle besoin d’être légitimée ? Vaste débat…

Thibaut Allemand
Informations
Liège, La Boverie
17.03.2017>11.06.2017mar > dim : 10 h > 18 h, 12 / 9 / 6 € / gratuit (-14 ans)
Articles similaires
No More Heroes © Johan Muyle Photo Dominique Libert