Les voix de l’exil

Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut être pas vu

A l’heure où l’Europe se claquemure, laissant des milliers de personnes mourir à ses portes, le Nimis Groupe donne la parole aux réfugiés. Ce collectif d’artistes interroge la politique migratoire du Vieux Continent depuis la scène et livre une pièce profondément humaniste.

Nimis Groupe s’intéresse depuis 2009 à la politique migratoire européenne. Plus particulièrement au sujet peu discuté du business qui régit la fermeture des frontières, avec le rôle de l’agence Frontex en ligne de mire. « On a rencontré celles et ceux qui subissent directement ces décisions dans des centres de rétention » explique Sarah Testa, comédienne. Au fil d’ateliers, cette troupe de comédiens franco-belges a recueilli de multiples récits d’exilés. Au bout de trois ans, six réfugiés originaires d’Afrique (toujours en attente de régularisation) ont rejoint le collectif. Ensemble, ils ont mis en mots leurs histoires, transformant chiffres et flux anonymes dont nous abreuvent les médias en une narration à 13 voix.

Résistance

La mise en scène révèle un patchwork de situations. Les migrants prennent la parole, retracent leur vie d’avant, leurs rêves ou la traversée du continent. Un studio de cinéma reconstitué permet de rejouer des épisodes malheureux, entre calvaire administratif et absurdité législative. Le tour de force de la pièce est d’employer l’humour pour démonter les aberrations du système. « Ce sont eux qui ont adopté le rire comme un moyen de résistance, une mise à distance, avec une ironie parfois grinçante » souligne Sarah Testa. Un travail essentiel, à découvrir de toute urgence.

Marie Pons
Informations
Charleroi, Charleroi Danses

Site internet : http://www.charleroi-danse.be

25.04.201714 h & 20 h30, 14>7€
Tournai, Maison de la culture
03.05.2017>05.05.201720h, 20>12€

Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut être pas vu

Articles similaires