Le chic en héritage

Martin Margiela. Le nom évoque une avant-garde typiquement belge plus que le faste d’une maison de luxe française. De 1997 à 2003, c’est pourtant chez Hermès que le plus mystérieux des couturiers officia comme directeur artistique. Peu connue du grand public, cette ère mode fait pour la première fois l’objet d’une rétrospective, au MoMu d’Anvers.

Margiela chez Hermès, un choc des cultures promettant de beaux scandales ? « La presse s’attendait à des pièces radicales, déconstruites, mais Martin Margiela a surpris avec un travail beaucoup plus classique de celui qu’il proposait dans sa propre maison, détaille Karen Van Godtsenhoven, conservatrice au MoMu. En pleine logomania, il a épuré le style Hermès, abandonné les carrés de soie chatoyants et imposé un luxe discret, conçu pour soi plus que pour les autres ». Des vêtements simples et fonctionnels de COS aux manteaux oversize de Céline, « l’influence de cette période se retrouve aujourd’hui dans de nombreuses maisons. »

Un couturier, deux conceptions de la mode

Transformé en garde-robe géante, l’espace d’exposition présente en miroir 110 pièces imaginées par le couturier pour Hermès et pour Maison Martin Margiela. Orange signature face à « blanc de Meudon », deux styles s’opposent tout en partageant lignes intemporelles et amour des belles matières. « C’est un peu comme si on avait d’un côté un laboratoire, de l’autre une vitrine », analyse Karen Van Godtsenhoven, qui remarque le virage minimaliste de Maison Martin Margiela au fil des années Hermès. Une dernière salle, enfin, se concentre sur les pièces fortes héritées des 12 collections Hermès x Margiela : le trikini, le trench transformable, la montre bracelet à double tour. 100% cultes !

Marine Durand
Informations
Anvers, MoMu

Site internet : http://www.momu.be/

31.03.2017>27.08.2017mar > dim : 10 h > 18 h, 8 / 6 / 3 € / gratuit (-17 ans)
Articles similaires