Johnson Tsang

Entre les mains de cet artiste hongkongais, la porcelaine semble se muer en pâte à modeler. On reste bouche bée devant la finesse des traits des visages, contrastant avec leur difformité surnaturelle. Gonflés comme des baudruches, écrasés entre des doigts ou étirés sur un mur, ces personnages aux yeux clos semblent perdus dans un rêve… ou un cauchemar ! à vous de voir.

Articles similaires