La belgitude des mots

En rac d’idées de lecture ? Seriez-vous un peu lent de la comprenure ? Voilà un tof dico ! Ne trouillez pas, il s’agit-là de belgicismes. Pas des carabistouilles, non, mais des mots ou expressions typiques du plat pays. On a babeluté un peu avec Michel Francard, professeur de linguistique française à l’Université catholique de Louvain, qui a boulotté dur pour en recenser plus de 2000… oufti !

Qu’est-ce qu’un belgicisme ? C’est une déclinaison orale et écrite du français pratiquée en Belgique. On retrouve ce genre de particularités dans d’autres pays. L’adjectif “cru” dans l’expression “il fait cru”, signifiant “il fait froid”, est aussi employé dans l’Est de la France, en Suisse romande, au Québec… On parlera alors d’helvétisme et de québécisme.

Quelles sont les origines des belgicismes ? D’abord, l’interférence avec les langues proches. On note ainsi deux sources linguistiques principales : germanique, pour le flamand, et romane, via le wallon et le picard. Le picard en Belgique, est d’ailleurs très proche de celui pratiqué en France.

Avez-vous un exemple ? On peut citer “archelle” qui désigne une étagère murale sur laquelle on suspend des ustensiles, ou le verbe “berdeller” (soit “ronchonner”). Une deuxième grande catégorie de belgicismes provient des archaïsmes. Certains usages oubliés en France depuis belle lurette perdurent en Belgique comme “endéans”, qui signifie “dans un délai de”. On dit : “l’endéans 15 jours”. La troisième source relève des innovations. Le GSM ne doit rien à personne !

societe_couverture-belgicisme

En recense-t-on plusieurs sortes ? Oui, il n’est d’ailleurs pas question que de mots. Parfois, un même terme recouvre un sens différent de chaque côté de la frontière. On parle de belgicismes sémantiques. Citons “auditoire”: en France, il désigne un ensemble de personnes assemblées dans un lieu donné tandis qu’en Belgique il évoque une salle de cours pourvue de gradins. On trouve aussi des expressions, telles que “tirer son plan” (“se débrouiller”). Enfin, citons les belgicismes de prononciation. Par exemple : on ne prononce pas le “s” de thermos en Belgique.

Y a-t-il des emplois spécifiques à certaines régions du royaume ? Oui, on appelle cela des belgicismes “emblématiques”. Ils sont très connus dans une région donnée mais très peu en dehors. “Boulet” désigne une boulette de viande à Liège. Par contre du côté du Hainaut on les nomme “vitoulets” !

Y-a-t-il des domaines propices aux belgicismes ? Oui, la gastronomie en regorge. D’innombrables produits ou recettes typiques enrichissent notre vocabulaire. à l’image du cuberdon, une friandise en forme de cône, initialement de couleur framboise, une pâte dont raffolent les belges. On peut aussi parler du waterzoï, cette soupe de poisson ou parfois de poulet…

Le champ domestique, aussi ? Oui ! En Belgique on a une “brique dans le ventre”, c’est-à-dire le goût de construire. C’est l’équivalent en France de “la maladie de la pierre”. Les Belges ayant une “brique dans le ventre” connaissent bien la “frigolite”, ce polystyrène utilisé comme isolant.

Qu’en est-il de “Dikkenek” ? C’est un emprunt au flamand pour caractériser un vantard, un frimeur, surtout connu des Bruxellois, flamands ou francophones. Or depuis la sortie du film il s’est propagé en Wallonie.

On remarque aussi une certaine influence de la langue anglaise, comme le “ring”, le “frigobox”… On ne peut nier cette influence, mais elle reste très limitée. En tout cas, par rapport à la France. D’ailleurs, notons que frigobox (une glaciaire) est un rapprochement de “box” et de “frigo”. C’est un faux anglicisme, il n’existe pas en anglais !

Quelles sont les expressions qui vous amusent particulièrement ? “Pincer son français”, pour taquiner nos voisins ou “ne pas avoir toutes ses frites dans le même sachet” signifiant être un peu dérangé.

_____________________LEXIQUE___________________

Abile ou Abiye : Interjection qui invite à se dépêcher. Abiye, nous allons rater le train !

Advocaat ou Advokaat : Liqueur de consistance assez épaisse, à base d’eau-de-vie et de jaune d’oeuf, titrant de 15 à 20 degrés

Autogoal : Au football, but marqué par un joueur contre son camp. Perdre à la suite d’un autogoal.

Bob / Bobette : Personne qui accepte de ne pas consommer d’alcool lors d’une sortie et chargée de reconduire ses connaissances à leur domicile en voiture. Qui fait le bob ce soir ?

Brol : Désordre ; fouillis. Objet sans valeur, à mettre au rebut. Ils ne vendent que des vieux brols ici.

Chèvrechoutiste : Qui tente de concilier l’inconciliable, de satisfaire tout le monde. Le conseil communal s’est accordé sur une résolution chèvrechoutiste.

Dîner : Repas de midi. Après un dîner aussi copieux, l’après-midi risque d’être difficile !

Djok : Lieux d’aisances. J’ai passé la nuit sur le djok.

Drache nationale : Dénomination d’une averse lorsqu’elle tombe le 21 juillet (fête nationale belge).

Extra-time : Dans une compétition sportive, période supplémentaire accordée en vue de départager les équipes. Le but a été marqué durant le premier extra-time.

Faire la file : Attendre son tour dans une file de personnes. Nous avons fait la file devant l’entrée du cinéma.

Flamingant : Nationaliste flamand. Une manifestation de flamingants à Bruxelles a dégénéré.

Fransquillon : En Belgique francophone, personne qui parle français avec affectation. C’est un fransquillon qui te donne du soixante-dix et du quatre-vingt-dix pendant toute la conversation.

Fritkot ou Friture : Construction assez sommaire où l’on vend des frites.

Godferdom : Nom de Dieu ! Sacrebleu !

Kot : Chambre ou petit studio que l’on loue à un(e) étudiant(e). Godferdom, il a sacrément augmenté le loyer des kots !

Manneke : Garçon ; jeune homme. Et alors, manneke, ça vient ?

Maronne : Pantalon. Tu n’as rien dans la maronne, froussard !

Mitraillette : Demi-baguette fourrée de viande cuite et de frites, le tout abondamment garni de sauce.

Pils : Bière blonde de qualité ordinaire.

Rattachisme : Courant d’opinion qui est favorable au rattachement de la partie francophone de la Belgique, en cas de disparition de cette dernière.

Ring : Périphérique qui contourne le centre d’une ville. La circulation est à l’arrêt sur le ring de Charleroi.

Rouf-rouf : Précipitamment et sans apporter le soin nécessaire. Elle a fait ses devoirs rouf-rouf, puis elle est partie jouer.

Tchouler : Pleurer à chaudes larmes.

A LIRE AUSSI : LES COULISSES DE WIKIPEDIA

A LIRE AUSSI : LE MUNDANEUM, LE WEB EN PAPIER

Propos recueillis par Julien Damien

A lire : Dictionnaire des belgicismes, de Michel Francard, Geneviève Geron, Régine Wilmet, Aude Wirth (De Boeck supérieur), 406 p., 29,50 €

Tours et détours, de Michel Francard (Racine), 176 p., 14,95 €

 

Articles similaires