Home Festivals Festival Antra’Zik

Chant lexical

Si vous pensez que la chanson française se résume aux Lacs du Connemara et à la soupe pop de Vianney, passez donc votre chemin. Sinon : accordez une oreille aux six concerts mitonnés par l’Université de Lille 2. Durant trois jours, Antra’Zik retourne bien des clichés, entre audace et défrichage.

Voilà neuf ans que ce festival « dépoussière l’image vieillotte dont souffre la chanson française », selon son programmateur, Maxime Demouveaux. Comment ? En invitant des artistes qu’on n’entend pas forcément sur les grandes ondes, mais cultivant un goût certain pour les mots et les mélodies soignées. C’est ici, dans l’intimiste Antre-2 (85 places assises), qu’on a ainsi découvert le rock lettré de Radio Elvis ou le flow futé de Ben Mazué. « Autre critère essentiel : ces musiciens doivent proposer quelque chose sur scène. Il ne s’agit pas simplement de dérouler un album ». Dans ce cas, on peut compter sur les Joyeux Urbains pour délivrer des shows bien barrés. Entre swing et ska, contrepèteries et ukulélé, le quintette fête ses 20 ans avec la même irrévérence. Le deuxième jour se place sous le haut patronage d’Alain Bashung : à la délicatesse des textes de Maissiat répondent en effet les morceaux rock et ciselés d’Hildebrandt. Tonycello clôt les festivités en offrant le spectacle hilarant d’un homme se débattant avec son violoncelle. Il chante, chute, reprend Boby Lapointe ou Brassens en enchaînant les gaffes. Buster Keaton avec un archet, en somme, et une bonne bouffée d’air frais.

Julien Damien
Concert(s)
FESTIVAL ANTRA’ZIK : LES JOYEUX URBAINS + OLIVIER VOLOVITCH08.02.2017 à 20h0010/6€
FESTIVAL ANTRA’ZIK : MAISSIAT + HILDEBRANDT09.02.2017 à 20h0010/6€
FESTIVAL ANTRA’ZIK : TONYCELLO + LENINE RENAUD10.02.2017 à 20h0010/6€
Articles similaires
© Alan Lear