Home Best of Chroniques Mélancolie de gauche

Enzo Traverso

(La Découverte)

Les années 1990 semblaient avoir enterré le communisme. Plus d’U.R.S.S., plus de R.D.A. Difficile même de se revendiquer de Marx. L’histoire était finie. La gauche n’avait plus qu’à humaniser les effets dévastateurs du capitalisme. Or, la «culture de gauche» n’en était pas à sa première défaite. Combien, au xixe siècle, de révolutions matées ? N’en est pas moins restée vivace la mémoire des luttes. C’est à la force de cette « tradition cachée » que l’historien Enzo Traverso consacre ce nouvel essai. Avec l’idée qu’il ne faut pas « pleurer l’utopie, mais la reconstruire ». Dans la lignée de Walter Benjamin, il tisse une histoire des vaincus dans laquelle la mélancolie se révèle un puissant affect révolutionnaire. Un livre essentiel.

Raphaël Nieuwjaer

300 p., 20 €.

Articles similaires