Home Littérature Pamela Des Barres

Partenaire particulière

Surnommée « la reine des groupies », Pamela Des Barres a vécu des aventures plus ou moins brèves avec, en vrac, Mick Jagger, Jim Morrison, Jimmy Page, Keith Moon (The Who), Gram Parsons… On en passe. Pas grave : ces moments de plaisir ne constituent pas le coeur des mémoires, remarquablement traduites, de Miss Pamela.

Le coeur battant de l’ouvrage, c’est l’Amérique des sixties et des seventies. Ou comment une fille du baby-boom s’ouvre au monde grâce au rock – Pamela décrit avec une passion contagieuse ses groupes favoris et l’effet physique que lui procure une mélodie. Groupie ? Certes. Mélomane ? Évidemment ! C’est d’ailleurs via ses amitiés (chastes) avec deux figures majeures du rock des marges, Don Van Vliet (Captain Beefheart) et Frank Zappa, que la petite Californienne fait son entrée dans ce chaud business. Mieux : sous la houlette du précité Zappa, elle formera The GTO’s, premier groupe entièrement féminin aux textes faussement absurdes.

Féministe ?

Ce livre témoigne également de prises de conscience : les droits civiques, le Vietnam, mais aussi une certaine idée du féminisme que Pam expérimente sans véritablement le théoriser. Bref, elle plonge à corps perdu dans cette gigantesque fête que furent, nous dit-on, les sixties. Avec, bien sûr, des gueules de bois : le flowerpower a accouché de quelques tordus, dont Charles Manson, qui traîne déjà dans les parages. Enfin, on sourit parfois face à cette approche très américaine et paradoxale de la vie : puritaine malgré elle, l’insatiable séductrice tient plus que tout à sa virginité. Finalement, ces frasques en disent moins sur l’auteure que sur les soubresauts qui secouèrent le monde. Pamela Des Barres, une allégorie ? Il y a de ça.

A LIRE AUSSI :

RICHARD BELLIA, UN OEIL SUR LA MUSIQUE

PUNK 45: LA FRANCE EPINGLEE

REBEL REBEL, L’EXPO ROCK

 

Thibaut Allemand

I’m With the Band, Confessions d’une groupie (Le Mot et Le Reste), 432 p., 26 €