Home Musique Michael Kiwanuka

Tout son soul

Voici quelques jours, sur Facebook, Etienne Daho se fendait d’un bref message : « J’ai vu le concert de Michael Kiwanuka ce lundi. Exceptionnel. ». Ça tombe bien : le Rennais résume parfaitement notre sentiment pour ce prodige soul. Et, en quelques mots, nous offre une belle intro.

Fils d’exilés ougandais, né à Londres, Michael Kiwanuka, 24 ans, signait en 2012 un premier essai magistral, à la fois classique (aisément rattachable à une longue tradition soul et jazz) et profondément personnel (on le dégustait sans forcément se prêter au jeu des analogies). Ces dernières années, on revenait souvent vers Home Again, formidable capsule soul, mais rien ne nous préparait au choc de Love & Hate, deuxième essai de Kiwanuka. Les ambitions sont affichées, les totems défilent les uns après les autres : Van Morrison, Bill Withers, Terry Callier, Otis Redding, Curtis Mayfield, Marvin Gaye. Exagération ? Même pas. Ouvert avec le sentimental Cold Little Heart, suivi du politique Black Man in a White World (rupture amoureuse et discriminations raciales, vastes sujets…) le disque de Michael Kiwanuka impressionne par son ampleur. C’est Danger Mouse qui le coproduit, mais ça ne s’entend pas. Comprenez : jamais la souris ne modernise lourdement l’affaire, elle laisse juste de la place pour que chacun – guitares, cuivres, cordes – puisse s’exprimer librement. Comme sur scène, où l’improvisation est bien souvent de mise.

Thibaut Allemand
Concert(s)
Michael Kiwanuka
Anvers, Trix

Site internet : www.trixonline.be

03.11.2016 à 19h0029,50€
Articles similaires
©Netflix