Home Exposition La Vie sexuelle de Tintin

Les poils mystérieux

© Agathe Dudragne

La vie sexuelle de Tintin ? C’est vrai qu’on commençait à se poser des questions. Le Musée de l’Érotisme et de la Mythologie nous la dévoile à travers un sulfureux pastiche de Jan Bucquoy. L’iconoclaste Bruxellois déniaise le plus célèbre des reporters dans une BD où, cette fois, il a vraiment vu la lune…

La Castafiore a un petit faible pour Tintin, et pas seulement pour sa houppette. Elle l’invite donc à boire un verre chez elle. Mais très vite, les choses dérapent, et voilà notre petit blondinet qui perd son pantalon de golf devant les attributs insoupçonnés de la cantatrice… C’est le genre de scènes qu’imagine Jan Bucquoy dans La Vie sexuelle de Tintin, une parodie plus qu’érotique. Parue en 1993, cette bande dessinée ressort en couleurs. Pour l’occasion, le MEM en expose les planches en grands formats. Celles-ci détournent les candides personnages de Hergé dans des situations qui n’ont rien à envier aux scénarios de Marc Dorcel. « Tout le monde y passe », s’amuse le Bruxellois. Même ce pauvre Milou ! Une grande toile représente ainsi le fox-terrier affublé d’un brassard de l’Etat islamique tandis que son maître l’ “honore”. « Cela signifie Tintin enc… l’EI », explique l’artiste. On l’aura compris, il est ici question de liberté d’expression. « Bruxelles est une ville libre. Marx y a écrit son manifeste du parti communiste et Rimbaud publié Une saison en enfer », rappelle Jan Bucquoy.

La fesse cachée d’Hergé – Mais derrière ces cases « olé olé » il s’agit aussi de culbuter l’icône belge. « Je veux montrer que Tintin n’est pas aussi pur qu’on le dit. C’est un héros parfait et con. Il est sans parents, ni passé ni avenir, sans sexualité. C’est un personnage vide et malléable ». Pour Jan Bucquoy, Hergé aurait fait de ce gentil bonhomme un support antisémite et raciste (sic), affirmant que son modèle n’est autre que le rexiste Léon Degrelle. Il ravive ici un vieux débat qui compte ses adeptes et détracteurs partout dans le monde.

Sacré culot – Le sexe, « révolutionnaire par essence », est un moyen pour l’agitateur d’exprimer cette thèse. Rien d’étonnant chez cet écrivain, cinéaste, performer qui n’aime rien tant que s’attaquer à toutes les formes de pouvoir. Comme l’atteste son « Musée du Slip », qui démontre que « tous les hommes sont égaux devant le slip – que l’on soit célèbre, riche, puissant ou les trois à la fois », ou encore sa décapitation d’une statue du roi sur la Grand-Place de Bruxelles ! Aujourd’hui, c’est Hergé qui y passe. Citant Hegel il dit : « le faux est un moment du vrai, voici donc un faux Tintin dans une vraie aventure ». Pas sûr que Spielberg l’adapte au cinéma…

Julien Damien
Informations
Bruxelles, musée de l'érotisme et de la mythologie
05.05.2016>31.07.2016un, jeu, ven : 14 h > 20 h, sam & dim : 11 h > 17 h 30, 10€
Articles similaires
Photographie réalisée pour-le-roman-photo Il Giorno-dell’odio-(Le Jourde la haine)-publié dans Bolero-film,1962-1963