Home Agenda Les Paradis Artificiels # 10

Concerts d'enfer

Paradis Artificiels  ©Kalimba.M

Dix éditions déjà que les Paradis Artificiels annoncent le printemps. On vous épargne l’historique (et les habituels jeux de mots vaseux sur Baudelaire ou Polnareff) car le refrain est bien connu. Et a fait ses preuves : un rendez-vous à la fois pointu et fédérateur. On se souvient, aussi, qu’on y a découvert Stromae ou Benjamin Clementine. En épluchant le programme, on a trouvé six nouvelles raisons d’aller tous au(x) Paradis (mince…).

zik_paradis-artificiels_jain_presse_0123

Jain
Femme-orchestre

Robe noire, col claudine blanc, chignon… Sous ses airs de petite fille modèle se cache une pétillante jeune femme. Difficile de qualifier, à brûle-pourpoint, le premier album de cette Toulousaine de 24 ans. Son Zanaka, produit par Yodelice, repose sur un élégant mariage de pop, electro, reggae et folk. Jain explique qu’il porte la marque de ses nombreux voyages (Afrique, Moyen-Orient…). Sur scène, elle s’affiche souvent seule avec ses instruments, ses machines et sa console. Une formule confortant un allègre butinage musical.


 La Yegros
Reine de la nu cumbia

Difficile de ne pas s’imaginer dansant sous le soleil argentin à l’écoute des rythmes de La Yegros. Originaire de Buenos Aires, la « Shegross » s’est fait connaître il y a deux ans avec Viene de Mi. On y découvrait sa version de la cumbia, genre musical né en Colombie auquel elle associait folk et electro. Cette tournée printanière porte Magnetismo (sorti en mars 2016) sur scène, trouvant le parfait équilibre entre acoustique et machines. La flamboyante interprète délivre dans la foulée une sacrée dose de bonne humeur. Indispensable.


Yanis © Valentin Le Cron

 Yanis
Le réveil

Vous souvenez-vous de Wake Up, qui avait révélé Sliimy, ses bouclettes, ses lunettes à grosses montures et sa pop truffée d’arcs-en-ciel (un poil agaçante…) ? Le revoici rasé, tatoué et percé. Eh oui, fini les rêves d’adulescents bariolés. Le Stéphanois revient sous son vrai prénom, Yanis, avec un premier EP. L’Heure bleue traduit cette métamorphose avec une élégance rare. Une force tranquille qui se manifeste au détour de titres aériens, un cocktail house et R&B des plus délicats. L’artiste de 27 ans choie toujours l’aspect visuel de son oeuvre, notamment ses clips (Hypnotized, où l’on aperçoit une Charlotte Le Bon déchaînée), passe même derrière la caméra (Crave). Si internet l’a déjà adoubé (plus d’un million de vues sur YouTube), on l’attend de pied ferme sur scène !


 Georgio
Les mots noirs

Ne vous fiez pas à sa bouille d’ado un peu blasé. à 23 ans, Georgio sort du lot grâce à des textes taillés au cordeau et portés par un flow haletant. Repéré sur la scène underground en 2011 suite à une première mixtape ravageuse (Une nuit blanche pour des idées noires), le rappeur enchaîne depuis les projets, seul ou accompagné. Koma, Vald, Nekfeu… ils sont nombreux à s’être frottés à son verbe désabusé, magnifié sur un premier album, Bleu noir. A suivre donc.


FISHBACH © Mélanie Bordas Aubiès

 Fishbach
En apesanteur

Au sommet de son EP, un titre, Mortel, résonne de façon troublante le 13 novembre 2015, une semaine à peine après sa sortie. Étrange et magnifique, mélancolique et addictif, ce morceau réveille un passé recomposé et rêve une pop francophone en apesanteur. Au-delà de ce tube potentiel, l’Ardennaise dévoile une personnalité singulière et envoûtante, une écriture proche de celle de Christophe et beaucoup d’autres surprises electro-pop. La Péniche sera le lieu idéal pour les découvrir.


 Teleman
Sainte pop

Né sur les cendres des éphémères Pete and The Pirates, Teleman a su séduire son monde pop avec Breakfast, un premier album qui maîtrise à merveille la formule magique : vocaux mélancoliques et orchestration pétillante. L’habillage synthpop sied à ses chansons comme une paire de gants élégamment tricotés, idéal pour ramasser des tubes en flocons. Brilliant Sanity creuse ainsi ce sillon, entre Pixies, Pet Shop Boys et Franz Ferdinand, avec une ossature encore plus solide qui promet de radieux moments en live.

PROGRAMME

19 > 23.04, métropole lilloise, www.lesparadisartificiels.fr

Bigflo et Oli + La Yegros : 19.04, Lille, L’Aéronef, 20 h, 25 €

Teleman : 19.04, Lille, La Péniche, 20 h, 13 €

Alice On The Roof + Kazy Lambist : 19.04, Tourcoing, Le Granx Mix, 20 h, 22 €

Matt Simons + Chris Ayer : 20.04, Tourcoing, Le Grand Mix, 20 h, 19,80 €

Jain + Shake Shake Go + Camp Claude : 20.04, Lille, Le Splendid, 20 h, Complet !

The Big Moon : 20.04, Lille, La Péniche, 13 €

Loyle Carner : 21.04, Lille, La Péniche, 20 h, 13 €

Vald + Georgio + Charly Nine : 21.04, Tourcoing, Le Grand Mix, 20 h, 25,30 €

Pertubator + Carpenter Brut + Benjamin Collier : 22.04, Tourcoing, Le Grand Mix, 20 h, 20,90 €

Yanis + Tim Dup : 22.04, Lille, La Péniche, 20 h, 12 €

Gramatik + Method Man & Redman + N’to + Alpha Wann + Maestro : 23.04, Lille, Zénith, 19 h 30, 37 €

Fishbach : 23.04, Lille, La Péniche, 20 h, 14 €

Articles similaires
© Julien T Hamon

© Bradley Murray