Home Festivals Festival Via

La grande illusion

Ljós - ©Enrico Maria Bertani

Mais où peut-on voir des fantômes danser sur du jazz, assister à la capture de Ben Laden par des cow-boys ou se perdre dans une dimension parallèle ? à Maubeuge et à Mons, pardi ! Durant dix jours, le festival Via marie spectacle vivant et art numérique pour mieux s’amuser de nos perceptions, grand thème de cette édition.

Certes, les nouvelles technologies ont bouleversé notre quotidien (pour le meilleur et le pire). Mais elles se sont aussi immiscées dans toutes les disciplines artistiques, ouvrant à la danse, au théâtre ou au cirque d’insoupçonnés horizons. Ce que démontrent fort bien Via et, notamment, les Italiens du collectif Fuse. Dans leur très poétique Ljós, une danseuse suspendue dans les airs par un harnais interagit avec les formes projetées derrière elle sur un écran géant, comme si c’était un partenaire. Tout aussi troublante, l’exposition Perceptions offre au sein de l’Espace Sculfort un parcours d’installations immersives qui se jouent de nos sens. Telle l’Infinity Room du Turc Refik Anadol. Soit une petite pièce dont les murs, sol et plafond diffusent un flux d’images abstraites animées par un algorithme, noyant le visiteur dans une dimension virtuelle. Gageons qu’il vous sera aussi difficile de démêler le vrai du faux face au spectre que fait apparaître Etienne Saglio. Dans le spectacle Projet Fantôme, cette éminente figure de la « magie nouvelle » valse avec une forme évanescente, dont on ne sait pas vraiment si elle est physique ou digitale. Nous rappelant au passage que l’image reste affaire de manipulation.

Julien Damien
Informations
Eurorégion, Divers lieux
10.03.2016>20.03.2016spectacles et performances : 11 > 5€ // Exposition Perceptions : 3€

10 > 20.03 : Maubeuge, Mons, Feignies, Jeumont.

Sélection : 11 & 12.03 : A House in Asia (Señor Serrano) // 17.03 : Déesses & Démones (Bianca Li, Maria Alexandrova) // 16, 17 & 18.03 : Ljós (Fuse) // 19.03 : Projet Fantôme (E.Saglio)…

Articles similaires
© Renato Mangolin

Pablo Mira © Aksel Varichon