Home Best of Chroniques Fat White Family

Songs For our Mothers

(Without Concent / PIAS)

On a beau apprécier la belle ouvrage et les mélodies finement ourlées, les citations pointues et les clins d’œil entendus, on n’oublie pas que le rock’n’roll – et ses dérivés – sont également une affaire de dégénérés. Or, les cinq membres de Fat White Family se posent là. Drogués jusqu’au dernier degré, hallucinés mais sans illusion, ces Anglais trouvent assez d’énergie vitale pour signer ces dix brûlots. Bardé de références au fascisme, ce blues blanc et cradingue pioche allègrement dans l’héritage de The Fall et se pare en ouverture de ce qui sera le single de l’année : Whitest Boy on the Beach – du Primal Scream merveilleusement malsain. Ce deuxième LP prouve que ce qui n’aurait pu être qu’un feu de paille risque bien d’incendier durablement nos vies.

Thibaut Allemand
Articles similaires
Nell Tiger Free in “Servant,” now streaming on Apple TV+.

Like, 3e numéro