Painting With

(Domino / Beggars)

Centipede Hz avait été reçu avec tiédeur. Pourtant, on peut le considérer comme le chef-d’œuvre d’Animal Collective, celui où les expérimentations hystériques saturées s’intensifiaient jusqu’au point limite tout en donnant corps à de grandioses chansons. De ce Painting With on pouvait attendre – Deakin reparti faire un tour ailleurs – qu’il renoue avec les rêves amniotiques du mieux-aimé Merriweather Post Pavilion. C’est cependant de son prédécesseur (Centipede Hz donc et, plus loin, de Strawberry Jam) qu’il poursuit la lignée. il vous saute gaiement à la figure dès le single FloriDada et ne vous lâche plus, pas même après sa belle conclusion, Recycling – une première peut-être pour Animal Co : au prix de notre santé mentale, on sifflotera ces morceaux sous la douche. Plus joyeux que jamais, les animaux se montrent dignes des illustres aînés auxquels on les associe souvent : les Beach Boys. Painting With est à la fois un grand disque de pop savante et audacieuse, et une collection de singles imparables. Cette fois, aucune trace de ces tunnels qui ont pu plomber certaines productions passées. C’est en accentuant sa folie que le groupe devient toujours plus pop : là est la grandeur d’Animal Collective.

Rémi Boiteux
Articles similaires

video