Home Musique Gwenno

Princesse de Galles

Voici dix ans, The Pipettes liftaient l’imagerie des girls bands sixties (The Supremes, The Shangri-Las…) avec une bonne dose de féminisme, de distance et surtout, de mélodies parfaites. Aujourd’hui, Gwenno revient en solitaire avec un disque chanté en gallois. Ses prestations sont rares. Et immanquables.

Le premier album de Gwenno, Y Dydd Olaf, prend sa source dans le roman homonyme de l’écrivain gallois Owain Owain (1929-1993). Une dystopie dans laquelle les robots dominent le monde, clonent et droguent les humains. L’ouvrage prend la forme d’un journal écrit en gallois, car les machines ne peuvent défricher cette langue. Ah oui, on a oublié de le préciser : la native de Cardiff chante en gallois, multipliant les consonnes triplées et roulements de “r”. Discrètement édité par le label Peski, puis réédité par Heavenly Recordings, ce disque intime et politique, troublant et entraînant, reçut les éloges de Bobby Gillespie (Primal Scream). Non, ce n’est pas rien. Sur les planches, ces morceaux, chantés dans l’une des plus vieilles langues d’Europe, sont joués sur des instruments à la modernité passée (pédale de delay Behringer VD400, Synthetone SX-1000…). Le mariage de l’électronique et de l’ancestral, de la tradition et de la technologie prend tout son sens à l’écoute de ces chansons où se croisent les ombres de Broadcast, Françoise Hardy, le BBC Workshop ou Joe Meek. Oubliées, les chorégraphies des Pipettes. Hiératique et modeste, la blonde platine séduit sans trop en faire et envoûte l’auditoire, l’air de rien.

Thibaut Allemand
Concert(s)
Black Devil Disco Club + Gwenno + Music Mania DJ's
Gand, Vooruit

Site internet : http://vooruit.be

26.02.2016 à 21h30Gratuit
Articles similaires
 (c) Boris Gortz

(c)Jokko