L’épicurienne

Photo Servan-Edern Ilyne

Dernière recrue de la structure Maisons de Mode, Fanny Dheygere, 29 ans, n’a pas attendu longtemps pour s’attirer les commentaires élogieux de la presse et taper dans l’oeil des blogueurs. Ode décalée au « jambon blanc » ou au « salami », sa première collection impose Ninii dans le cercle des griffes branchées pour filles (et garçons) à l’humour affirmé. Vous reprendrez bien une louche de cool ?

Arborer un sweatshirt brodé d’un cornet de frites géant, déambuler en top imprimé de mini-saucisses ? « C’est vrai, il faut assumer », s’exclame en riant Fanny Dheygere, avant de préciser, presque inquiète : « Attention, je ne cherche pas à faire l’apologie de la malbouffe ! ». Plus fricadelle que McDonald’s, la native de Seclin affiche fièrement ses origines nordistes, tant dans l’esthétique que dans la fabrication des vêtements et accessoires de Ninii, sa toute jeune marque : « Ici, tout est made in Roubaix ! ». C’est aussi, en partie, dans l’ancienne capitale mondiale du textile qu’a mûri le goût de la jeune femme pour le stylisme.

Après une formation en arts appliqués à l’Esaat, elle poursuit son cursus avec un BTS création textile. Un passage à l’école d’art et de design Massana, à Barcelone, et la voilà propulsée dans le grand bain de la mode : « J’ai d’abord travaillé comme styliste à Wasquehal pour La Redoute ou Les 3 Suisses. Puis j’ai renoué à Paris avec ma passion première, la sérigraphie, en travaillant dans l’atelier de tissus d’Anne Gelbard pour le secteur du luxe ». Des grandes enseignes de vente à distance jusqu’à Chanel ou Vuitton, Fanny Dheygere ne craint pas le grand écart, perfectionnant plus tard sa connaissance du métier au sein de la marque de bijoux et accessoires Les Cakes de Bertrand.

Du jambon à la poupée – Depuis qu’elle a rejoint en juillet l’incubateur lillois Maisons de Mode, la créatrice peut enfin développer à son compte l’univers pop et coloré qu’elle avait en tête « depuis toute petite ». Pièces en lycra ou néoprène, coupes simples et structurées, Ninii s’inspire du vestiaire sportif. Et si les jeunes femmes sont la cible première – voir les petits shorts à paillettes ou bandanas satinés – certaines pièces, comme la casquette imprimée « rouleaux de jambon », ont été conçues dans une optique unisexe. Entre un partenariat avec la bloggeuse Alice sur le Gâteau et la mise en ligne du e-shop Ninii, le début d’année s’annonce appétissant, même si la thématique « food » laissera la place à une série « fairytale ». « Il y aura des jouets, de la couleur », promet Fanny. Et sans doute la touche de fantaisie qui permettra au charme d’opérer.

Marine Durand

Le sweat Chubby

Sweat Chubby jambon, Jupe Stone (c) Photo Servan-Edern Ilyne

Sweat Chubby jambon, Jupe Stone (c) Photo Servan-Edern Ilyne

Derrière les formes imposantes et le coloris rose dragée du sweat Chubby (« potelé » en anglais) se cache une fois encore la passion de Fanny Dheygere pour la cochonnaille : « L’idée de départ est de récréer une chiffonnade de jambon en volume. Mais chacun y va de son interprétation, entre chantilly, cupcake et barbe à papa », s’exclame la gourmande créatrice. Tout en bandes de nylon et élasthanne froissées, cet incontournable de la première collection Ninii se porte sur une jupe près du corps pour une silhouette « équilibrée ».

Taille unique, 315€, disponible en version « Jambon » ou « Epinards ».

________________________

Boutique : Le Jardin de Mode, 58-60 rue du Faubourg des Postes à Lille

A visiter : www.ninii.fr