Gisbert Combaz, la céramique d’Edo et la création belge

Vase à rincer les coupes – grès porcelaineux à couverte brune et décor de glaçure à la cendre – H. 9 cm – Japon – début 19e s. - Ancienne collection Gisbert...

Entre la Belgique et le Japon, c’est une longue histoire d’amitié : voilà 150 ans que les deux pays ont noué des relations diplomatiques. Pour fêter cet anniversaire, le Musée royal de Mariemont vivra une année durant à l’heure nippone. Une plongée dans l’époque Edo pour commencer ?

Il a suffi de piocher dans le riche fonds de cette institution si chère à Raoul Warocqué – son dernier propriétaire – pour honorer le sujet. Ici reposent en effet de remarquables céramiques japonaises. Celles rassemblées par Gisbert Combaz (1869 – 1941). Connu pour ses affiches, le Belge fut aussi un grand orientaliste. Voici donc dévoilés 47 trésors de sa collection personnelle, datant de l’ère Edo (1603 -1868), âge d’or des arts. Il y a là des objets décoratifs (ou okimonos), d’importance modeste certes, mais pas des babioles non plus (!) quand on sait qu’ils inspirèrent à Camille Claudel, notamment, ses Causeuses. Et puis des vases, des bouteilles de saké et, surtout, des ustensiles – bols ou jarres – utilisés lors de la cérémonie du thé. « On trouve peu de porcelaines, principalement des grès décorés selon les techniques de glaçures à la cendre », note Catherine Noppe, l’une des commissaires de l’exposition. Autant de pièces uniques qui ont été conçues dans des fours en terre. Rien d’anodin, car ces œuvres « ont grandement influencé les céramistes belges d’après-guerre ». Citons Antoine de Vinck, dont les créations sont présentées dans une scénographie favorisant le dialogue entre les époques. Comme un pont jeté entre les cultures.

Julien Damien
Informations
Morlanwelz, Musée Royal de Mariemont

Site internet : http://www.musee-mariemont.be/

Tous les jours sauf les lundis non fériés, avril > septembre, : 10h > 18h / octobre > mars : 10h > 17h

30.01.2016>10.04.2016mar>dim: 10h>17h, 5/2,50/2€
Articles similaires