Fédération française de sabre laser

Sport Saber League

Tandis que les fans de Star Wars comptent les jours avant la sortie de l’épisode VII : Le Réveil de la force, la Sport Saber League propose à ses 300 adhérents, entre Paris et Orléans, d’apprendre à manier l’arme des Chevaliers Jedi. Lancée en septembre par quatre passionnés sur le modèle des écoles américaines, la première « académie de combat au sabre laser en France » affiche complet. On a rejoint cette galaxie parisienne, en espérant que la Force soit avec nous.

Sur la porte sombre, seule une affiche discrète confirme que nous sommes au bon endroit : deux sabres lasers se croisent en formant une étoile, le logo de la SSL, « established a long time ago ». Dans la salle au sol parqueté, Farid Ben Salem, le directeur technique national de la Fédération française de sabre laser, créée en même temps que l’académie à l’été 2015, accueille les élèves. Game designer de son état et maître d’escrime pendant plus de 20 ans, c’est à lui que Manon “Manok” Demodice (la présidente) et Adrien “Koowie” Koch Forbin (le secrétaire), ont confié le soin de créer les techniques du sabre laser, tandis que Nathan “Dark Nat” Storoge, quatrième cofondateur, occupe la fonction de trésorier.

Ce vendredi, neuf jeunes hommes en tenue de sport sommaire assistent au cours. « Il y a des geeks, attirés par l’univers Star Wars mais assez peu sportifs et des gens qui ont des années d’arts martiaux derrière eux… », explique Farid. Michel, 22 ans, a connu le sabre laser grâce à un reportage sur Internet. Et s’il a fait du karaté dans son enfance, il a surtout de bonnes bases… en Quidditch !*

Aux armes – Cardio, sauts, étirements au sol… l’échauffement est classique, mais déjà les apprentis Jedi se munissent de leur sabre : un manche sur lequel se fixe une lame lumineuse en polycarbonate, suffisamment solide pour parer les coups. Farid montre les positions, les attaques, les exercices en duo. Déjà pratiqué outre-Atlantique depuis une quinzaine d’années, ce sport s’inspire de l’escrime, du kendo ou de la canne française. Franck, 41 ans, qui prend sa première leçon, est déjà conquis « par le sérieux de l’enseignement ».

Priorité au combat – Les corps s’agitent, une fine pellicule de buée a recouvert les miroirs. On s’attendait à entendre fuser les « je suis ton père », mais malgré l’ambiance potache, l’aspect sportif domine. Farid assume : « On ne voulait pas d’une activité chorégraphiée. Ici, la finalité, c’est le combat ». Dans les dernières minutes de cours, les élèves revêtent des masques et gants de protection, pendant qu’un arbitre et quatre assesseurs chargés de guetter les touches se mettent en place. Les coups pleuvent, les rires aussi. « Si vous oubliez le salut, ça ne passera pas en compétition ! ». Car forte d’un tel succès, la SSL prévoit d’organiser une rencontre nationale en juin. Plusieurs académies doivent ouvrir, à Antibes, La Rochelle, Metz, Toulouse ou Cholet. Dans le Nord, en revanche, on attend encore que des Yoda en puissance se jettent dans l’aventure. Pour les fans, un rêve d’enfant ce serait.

* Sport fictif issu de Harry Potter, qui compte aussi ses écoles.


On a testé les cours de sabre laser par lemondefr


 

dossier star wars_Alexandre Orion_The-Jedi-Temple

A LIRE AUSSI: LE JEDIISME, UNE NOUVELLE RELIGION ?


 

Marine Durand

Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la force, de J. J. Abrams, avec Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac… Sortie le 16.12.

Sport Saber League Paris, 46 rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris. Inscription à l’année : 320€

Sport Saber League Orléans, 3 bis rue des Chats ferrés et 4 place du Champ Saint Marc, 45000 Orléans. Inscription à l’année : environ 250€ à visiter / sportsaberleague.com