Home Musique Youssoupha

Punchlife

« Les rats ne deviennent jamais roi même quand le lion est mort » scande Youssoupha dans son dernier album NGRTD. Une manière pour le rappeur de rappeler aux envieux que, même discret, il garde plusieurs longueurs d’avance.

Son trône, l’homme que l’on surnomme le Lyriciste Bantou le défend férocement. Un combat qui remonte en 1999, quand Youssoupha Mabiki, âgé d’à peine 20 ans, se voit proposer une offre qu’il ne pourra pas refuser : la première partie des monstres sacrés Method Man et Redman à l’Elysée Montmartre. Celui qui peinait à remplir les salles se déchaîne face à plus de 2000 personnes. Flow cisaillé et textes maitrisés, le diplômé en médiation culturelle et communication enchaine dès lors les premières parties d’autres grands noms de la scène US : Snoop Dogg, 50 cent, Busta Rhymes… Puis vient l’heure pour Bakary Potter de passer aux choses sérieuses.

Peace – En 2007, il sort son premier album solo : A Chaque Frère, qui l’assoit comme une figure importante du « rap conscient ». L’album est rapidement hissé au rang de classique. Le MC récidive en 2009 avec Sur les Chemins du Retour. Hormis Eric Zemmour – qui porte plainte pour injure et diffamation – la presse hexagonale loue le rappeur originaire de Kinshasa, qui impose sa plume aiguisée. Et engagée. Il n’est en effet pas une injustice que Youss ne puisse rapper, pas une cause qu’il ne puisse magnifier par le verbe. Il devient, au fil de ses albums, la voix d’une génération dont il panse les maux par la parole. Oscillant entre rage et sagesse, légèreté et gravité, son credo reste le même : paix et amour. Depuis, il poursuit son ascension jusqu’aux sommets. Avec à ses côtés, des pointures pour l’épauler, comme Médine et Kery James.

Négritude – Si Noir Désir, sorti en 2012, confirme ni plus ni moins son talent, c’est en 2015 qu’il frappe un grand coup avec son opus NGRTD – pour Négritude. Un vibrant hommage au poète et homme politique Aimé Césaire. Mais aussi aux géants de la scène hip-hop qui auront marqué l’histoire (Chanson Française). Aux paroles pleines de sagesse d’une mère (Maman m’a dit). A son entourage (Niquer ma vie). A l’amour, évidemment (Love Musik). A l’Homme, ses forces et ses faiblesses (Salaam). A la vie, tout simplement. A la fois humble et gonflé d’assurance, Youssoupha l’affirme, quel que soit le dénouement : « je gagne ou je perds, au moins j’aurai pris des risques d’homme ». Bien dit.

Sonia Abassi
Concert(s)
Youssoupha
Lille, L'Aéronef

Site internet : http://www.aeronef-spectacles.com/

11.12.2015 à 20h0029€
Youssoupha
Bruxelles, Ancienne Belgique

Site internet : www.abconcerts.be

19.12.2015 à 20h0034/30€
Youssoupha
Lille, Le Magazine

Site internet : http://www.magazineclub.fr/

23.01.2016 à 23h0012,99/10,99€

A propos de NGRTD: Youssoupha étant un grand fan de série et cinéma US, il a décidé de s’inspirer du célèbre concept de “Cameo”, qui consiste à intégrer dans un épisode ou une partie du film une star sans prévenir le spectateur à l’avance. Pour favoriser l’effet de surprise. C’est pour cela qu’aucun des feats (Orelsan et Gringe, Ayo, Lino…) proposés par Youssoupha dans NGRTD n’est annoncé sur la pochette de l’album. Habile!

Articles similaires
 (c) Boris Gortz

(c)Jokko