Home Musique Kitty, Daisy and Lewis

Happy Days

©Harcourt

Kitty, Daisy et leur frangin Lewis ouvrent une faille spatio-temporelle vers l’Amérique des 50’s. Point de DeLorean trafiquée au plutonium pour cette triplette londonienne, mais un répertoire rockabilly qui semble tout droit sorti d’un vieux jukebox. De quoi nous coller une sacrée banane.

Biberonnés aux vieux standards du rock par un papa ingénieur du son et une maman punk (ex-batteuse des Raincoats), ces zazous ont vite appris à jongler avec les instruments qui traînaient dans le salon. Résultat : Kitty, Daisy et Lewis ont 42 ans à eux trois quand sort leur premier single, Honolulu Rock-A Roll-A, en 2005. Loin du phénomène de foire cet essai sera suivi de trois albums dont le dernier – The Third – est produit par l’ex-Clash Mick Jones. Voix rauques, guitare steel, contrebasse, harmonica… leurs compositions transpirent le rhythm ‘n’ blues, le boogie woogie, et restituent avec une bluffante authenticité la bande-son des années 1950. Mais qu’on ne s’y trompe pas, au-delà du simple revival, cette fratrie arborant une même paire de sourcils broussailleux exhume une énergie, un fantasme : celui d’une Amérique gominée, en jean taille haute, se rencardant le soir au drive-in. Bref, une jeunesse insouciante et heureuse. Vrai qu’ils ne révolutionnent pas grand-chose, et les grincheux se demanderont « à quoi bon » swinguer sur des morceaux qui sonnent comme des tubes de Wanda Jackson – écoutez donc Going Up The Country. Reste une irrépressible envie de taper la mesure du pied. Et c’est déjà pas mal.

Julien Damien
Concert(s)
Kitty, Daisy & Lewis
Anvers, Trix

Site internet : www.trixonline.be

08.11.2015 à 19h3022€
Articles similaires
© Goledzinowski