Home Musique Kraftwerk

Boing, Boom, Tchak

The Man Machine

A l’aube des années 1970, en pleine vague hippie, deux étudiants du Conservatoire de Düsseldorf s’apprêtent à révolutionner la musique. L’histoire est bien connue : en utilisant le synthétiseur comme un instrument à part entière, Florian Schneider-Esleben et Ralf Hütter annoncent l’émergence de la techno. Aujourd’hui, les sorties de Kraftwerk s’appréhendent comme des performances multimédias, en témoignent leurs passages au MoMa de New York (2012) ou à la Tate Modern de Londres (2013). Le Nouveau Siècle, où le quatuor se pose ce mois-ci, n’a jamais si bien porté son nom.

 

 

LE PROGRAMME: « Ce que j’essaie de faire avec les synthétiseurs, c’est chanter avec les doigts », explique Ralf Hütter lors d’une de kraftwerk-studio2ses rares déclarations. Voici résumée l’essence de Kraftwerk : considérer cet outil comme un instrument, pour créer des sons inédits et pas simplement reproduire ceux existants. Ainsi naquit le concept d’ « Industrielle Volksmusik » : la musique industrielle populaire !

 

LES COMPOSANTS:  La tour centrale : Konrad « Conny » Plank, ingénieur du son et producteur des quatre premiers albums du groupe. C’est à lui que Kraftwerk doit ce son « industriel ».  Les périphériques: (ou les cousins germains, forcément) : NNeueu!, Can, Tangerine Dream. Ils ont piraté le logiciel : de David Bowie (période berlinoise) à Gesaffelstein, en passant par Afrika Bambaataa, Depeche Mode, Boards of Canada ou même Pharrel Williams… pour ne citer qu’eux!

 

CONTRE-COURANT: Dans la langue de Goethe, Kraftwerk signifie « centrale électrique », parfait miroir de leur musique inspirée par une modernité qui inquiète et fascine.Centrale électrique de Battersea-UK©we demain à la fois source d’aliénation et d’émancipation.

 

 

 

« La techno est à l’image de Détroit : une totale erreur. Comme si George Clinton et Kraftwerk étaient coincés dans un ascenseur avec un synthétiseur pour leur tenir compagnie. »

-Derrick May-

 

 

SUR LA ROUTE: Sinon, Florian et Ralf adorent les longues balades en voiture, et faire du vélo : d’où les disques Autobahn et Tour de France.tour de france kraftwerk

 

 

L’HUMOUR A LA MACHINE: Malgré les apparences, ces Allemands sont de vrais boute-en-train. Aux critiques qui les considèreKraftwerk-TheMix-Booklet-No.3nt « déshumanisés », ils répondent par un joli pied-de-nez musical : The Robots (1978). Et pour jouer le morceau sur scène, ils ont recours à des automates. Bien avant Daft Punk…

 

PAS CHOU: Raillant la nouvelle génération de Teutons rockeurs (Neu!, Can, entre autres), les journalistes anglais qualifient leur musique du peu flatteur krautrock : le « rock du chKraftwerk-ElectricCafe-Frontou » ou « rock choucroute ».

 

 

 

 

Concert(s)
Kraftwerk
Lille, Nouveau Siècle
07.11.2015 à 20h00Complet
Kraftwerk07.11.2015 à 23h00Complet
Articles similaires
 (c) Boris Gortz

(c)Jokko