Home Musique Flavien Berger

Waterworld

© Andrea Montano & Marine Peyraud

En quelques mois, autant de singles et un album hautement recommandable, Flavien Berger est devenu l’un des artistes à suivre. Infatigable chercheur, nourri aux pionniers électroniques comme aux récents totems de la weird pop, le Parisien définit une nouvelle grammaire. Et revisite le tout sur scène, éparpillé façon puzzle.

Cela fait un petit moment qu’on l’a à l’oeil. 2015 est son année. Flavien Berger a signé Léviathan, premier essai conceptuel (mais pas ennuyeux) consacré à l’eau et à différents types d’attractions (terrestres, foraines). Un album en forme de suite logique à deux EP remarqués et remarquables (citons le single La Fête Noire, comme une rencontre entre Mustang, La Femme et Kraftwerk). Membre du collectif bruxellois Sin – qui explore les arts visuels et sonores – le jeune Français a débuté la musique à l’adolescence, en faisant bugger le jeu Music 2000 sur PlayStation. Il aurait donc pu demeurer un geek obsédé par les boutons et les molettes – oui, comme pas mal de grands noms de l’électro. Pourtant, sur scène, le jeune professeur des Ateliers de Sèvres ne prépare jamais rien, préférant se laisser porter par la foule – comme un surfer sur l’eau, tiens. On le voit triturer ses machines, dédoubler sa voix, enregistrer en direct des loops… Et danser. Important, ça, la danse. Ces performances sans filet font tout son charme. Tête chercheuse et crooner, l’électronicien détourne la pop pour en tirer des chansons étonnantes, fluctuantes, flottantes… Plongeons !

Thibaut Allemand
Concert(s)
Mansfield.TYA + Flavien Berger
Tourcoing, Le Grand Mix

Site internet : http://www.legrandmix.com/

23.10.2015 à 20h0016/13/5€
Articles similaires
©Netflix