Home Exposition Renaissance – Lille3000

Le monde de demain

Artistique et festif, lille3000 pérennise « l’esprit de 2004 », année où Lille fut Capitale européenne de la culture. Après nous avoir couverts de « Bombaysers », fait visiter l’« Europe XXL » et les méandres du « Fantastic », cette biennale nous invite à « renaître ». Le terme renvoie bien sûr à la Renaissance italienne, période charnière de l’Histoire qui nous fit sortir du Moyen âge pour aborder une ère de progrès. Connaissons-nous actuellement une révolution du même ordre ? Nouvelles façons de communiquer, de concevoir l’économie, le rapport à la nature… Notre société est indéniablement en train de changer, charriant son lot de crispations. Face à la crise, et alors que la plupart des pays d’Europe semblent sombrer dans la dépression (surtout la France), cette manifestation nous enjoint de ne plus avoir peur du lendemain, et d’aborder le présent avec optimisme. Comment concrétiser cette idée ? En nous immergeant dans cinq grandes villes qui, chacune à leur manière, se sont renouvelées. Durant plus de trois mois, dans près de 80 communes de l’Eurométropole, l’art nous donne à voir de quoi demain sera fait. Et cela grâce à moult propositions, plus participatives que simplement muséales, traversées par l’idée du « Do it yourself », grande tendance de ce nouveau monde qui s’ouvre à nous.

Rio

Rio ? Ses plages, le foot… et son carnaval, bien sûr ! Le plus grand du monde. Il constitue le centre de la parade d’ouverture de cette 4e édition de lille3000. « C’est le catalyseur de Renaissance », selon Caroline David, directrice des arts visuels. Au programme : 2 000 musiciens ou danseurs (professionnels et amateurs), cinq chars, des centaines de Lillois mis à contribution, et une ville métamorphosée. Telle la rue Faidherbe qui se mue en « rambla », habillée de 12 totems et d’éléments de décor du carnaval de Rio « qui sortent pour la première fois du territoire brésilien ». En plein boom économique, cette mégalopole doit communiquer son « énergie » durant trois mois au quartier de Wazemmes – dans la rue, ses cafés. Cela dit, la capitale de la samba reste une ville de contrastes – entre richesse et pauvreté – cristallisés à la maison Folie via l’exposition Cariocas !. « Ce sont surtout les artistes de rue que l’on présente » prévient ainsi Didier Fusillier (en interview ici). Tel ce focus sur la favela Maré, l’un des lieux les plus dangereux au monde, ici photographié par ses jeunes habitants, des ados qui ont fabriqué leurs appareils avec les moyens du bord (comme des boîtes de conserve). Ils révèlent l’autre visage de Rio : celui de la battante.

 

Détroit

Motor City fut la première grande ville des USA déclarée en faillite. Et à vivre le chaos. Dépeuplement, maisons abandonnées, disparition des services publics… « C’est le rêve américain qui s’est effondré », selon Justine Weulersse, commissaire de l’exposition dédiée à « the D ». Mais, fidèle à sa devise érigée après l’incendie qui la ravagea en 1805 (« Nous espérons des temps meilleurs, elle renaîtra de ses cendres ») cette cité garde espoir. Sa force ? Ses habitants. « Nourriture, éclairage, culture… poussés par la nécessité, ils réinventent tout ! Ce sont des ingénieurs du futur ». Cette ville demeure par exemple la capitale des fermes urbaines. Une agriculture incitative dont les graines ont aussi germé dans le quartier Saint-Sauveur de Lille, qui a inauguré en avril son jardin partagé. L’histoire de Détroit est un cycle de déclins et de renaissances qu’illustre également le travail de Scott Hocking. Représentatif de la scène artistique de Motor City, ce plasticien crée des œuvres éphémères avec des matériaux qu’il trouve au milieu des ruines. à ne pas rater : l’installation monumentale qu’il érige dans les 4 000 m2 encore en friche de la Gare Saint Sauveur.

 

Phnom Penh

« Phnom Penh est le seul exemple contemporain d’une ville qui a été vidée de ses habitants, tués ou chassés par les Khmers rouges », rappelle Claire Baud-Berthier, coordinatrice artistique. De 1975 à 1979, jusqu’à la chute du régime de Pol Pot, la capitale cambodgienne fut « une ville fantôme ». Ce n’est que dans les années 1990 qu’elle a pu renaître, via une urbanisation effrénée, voire anarchique, et parfois au mépris de la population. « Phnom Penh est donc très jeune, confirme Didier Fusillier. Elle a inventé une autre façon de vivre en Asie ». Et a vu émerger une nouvelle scène artistique, constituée de trois générations : les survivants du génocide, ceux qui sont nés juste après, et la dernière génération, « plus décomplexée », libérée de toutes influences mais attachée à sa culture. Qu’ils soient photographes, peintres ou sculpteurs, ce sont ces trois visions de l’identité cambodgienne que révèle l’Hospice Comtesse. Parmi eux Rithy Panh, réalisateur du film L’image manquante, qui exorcise le génocide avec des figurines en terre cuite. Il a accepté « pour la première et dernière fois », de sortir ces sculptures de son pays pour les exposer à Lille. « Elles repartiront ensuite au Cambodge, pour redevenir poussière ». Dans une émouvante allégorie de… la renaissance.

 

Eindhoven

Ancienne cité industrielle, Eindhoven a connu la désolation dans les années 1990. « Elle fut décimée après le déménagement de Philips, qui a entraîné la suppression de 38 000 emplois », explique Didier Fusillier, ex-directeur de lille3000. Sa renaissance est passée par l’innovation et la création, générant 45 000 jobs grâce au design et aux nouvelles technologies… « C’est une ville sidérante, extrêmement vive ! ». Et connue pour être un vivier de « makers », « des gens qui ne veulent plus passer par les réseaux commerciaux, les chaînes de production et qui, avec les moyens du bord, inventent », précise Justine Weulersse, coordinatrice artistique. Si des focus sur le design sont au programme (citons les textiles de Bart Hess, reproduisant les effets de la peau humaine) cette exposition présentée à la maison Folie Moulins est avant tout participative. « On veut montrer ce qui fait le succès d’Eindhoven : le Do it yourself ». Concrètement ? « Des moyens en libre accès pour permettre la création dans tous les domaines ». Le public pourra s’initier dans ce « fab lab » à la découpe laser, aux imprimantes 3D ou fraiseuses numériques, encadré par des makers lillois. Allez hop, on se retrousse les manches !

 

Séoul

Détruite au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Séoul est devenue la troisième mégalopole la plus peuplée du monde. Un miracle économique et une mutation qui s’est opérée en quatre décennies. A travers Séoul, Vite, Vite !, 25 artistes coréens livrent leur vision – sans concession – de cette cité géante. « Un choc visuel », selon Caroline Carton, coordinatrice artistique de cette exposition dont le nom reprend une expression coréenne. Celle-ci traduit le dynamisme, mais aussi les doutes d’une société face à une modernisation trop rapide. Une énergie qui explose au visage du visiteur dès son entrée au Tripostal grâce aux œuvres pop de Choi Jeong Hwa. Conçues avec des objets récupérés à travers le monde, elles évoquent la mythologie et les marchés populaires locaux. Séoul est aussi un bouillon de technologie que restitue U-Ram Choe à travers 10 installations monumentales. Des « créatures mécaniques qui font coexister les machines et la vie », telle cette Light ball composée de 300 phares de voitures. La plasticienne Lee Bul investit quant à elle un espace de 200 m2 avec Civitas Solis II, « une pièce recouverte de miroirs ». Un paysage-installation qui reflète tous les contrastes d’une cité écartelée entre passé et futur.

 

A LIRE AUSSI : L’INTERVIEW DE DIDIER FUSILLIER

Julien Damien
Informations
Lille, maison Folie Wazemmes

Site internet : http://mfwazemmes.mairie-lille.fr/fr

Rio - Cariocas !26.09.2015>17.01.2016mer, jeu & dim : 14h >18h // ven & sam : 14h>19h, gratuit, Parade, 26.09, Lille,
centre-ville, 19h
Détroit
Détroit26.09.2015>17.01.2016mer>dim : 12h>19h, gratuit
Phnom Penh
Lille, Musée de l'Hospice Comtesse

Site internet : http://mhc.lille.fr

Ouvert le lundi de 14h00 à 18h00
Du mercredi au dimanche de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00.
Fermé le lundi matin, le mardi toute la journée ainsi que certains jours fériés

Tarif :
Droit d’entrée individuel : 3,60 € / 2,60 €
Gratuité : - de 12 ans, et chaque 1er dimanche du mois (collections permanentes)

Phnom Penh26.09.2015>17.01.2016lun : 14h>18h // mer>dim : 10h>19h, 4/2€/gratuit
Eindhoven
Eindhoven26.09.2015>17.01.2016Lille, , mer& jeu : 14h>18h // ven : 14h>20h // sam : 12h>20h, dim : 12h>18h, gratuit, Aussi au Flow à Lille
Séoul, Vite, Vite !
Lille, Le Tripostal

Site internet : http://www.lille3000.eu

Séoul, Vite, Vite !26.09.2015>17.01.2016mer>dim 10h>19h, 8/4€ (+ Tu dois changer ta vie)

Expositions au TRIPOSTAL:

Tu dois changer ta vie

JR – Unframed

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

26.09>17.01.16, Lille & Eurométropole, nombreux événements gratuits, pour les événements payants : C’Art Renaissance Solo : 40€, C’Art Duo : 60€, C’Art Jeunes : 20€,
Programme complet & tarifs : www.renaissance-lille.com

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

[ A suivre ]
Textifood (Musée d’histoire naturelle, Lille) // La Joie de Vivre (Palais des beaux-arts, Lille) // Là où commence le jour (LaM, Villeneuve d’Ascq), Panorama 17 (Le Fresnoy, Tourcoing) // L’Usine des films amateurs de Michel Gondry (La Condition Publique, Roubaix) // Chagall, les sources de la musique (La Piscine, Roubaix) // Chagall, de la palette au métier (Muba, Tourcoing)…
Articles similaires
Houtsoules dans les Carpates
Huculi w Karpatach (titre en polonais)
JAROCKI Władysław
1910
Huile sur toile
H. 201 cm ; L. 282 cm
Musée national - Varsovie
© Musée national de Varsovie / Wilczyński Krzysztof