Home Théâtre & Danse Mù, cinématique des fluides

Voyage au centre de la matière

Transe Express

La dernière production de Transe Express renoue avec les fondamentaux de la compagnie : une structure monumentale pour une rêverie mêlant cirque, théâtre, musique et chant. Participatif, Mù, cinématique des fluides est aussi le baptême du feu d’une nouvelle équipe directrice.

Depuis M.O.B. (2006) et ses joueurs de tambours suspendus à un mobile géant, Transe Express, créée en 1982 par Gilles Rhode et Brigitte Burdin, deux pionniers de l’art céleste, n’avait plus produit de spectacle grand format. C’est d’ailleurs la dimension hors norme de Mù, cinématique des fluides, faisant appel à une vingtaine de bénévoles locaux, qui a conquis la ville de Grande-Synthe. « Nous souhaitions ouvrir la saison avec une proposition extraordinaire en plein air », indique Ali Duru, directeur du service développement culturel. Il faudra attendre que la nuit tombe pour voir surgir la magie d’un ballet entre ciel et terre. Après avoir absorbé toute une parade de déglingués, poissons panés squelettiques et gargouilles lumineuses, un coquillage géant éclate en deux entités, inaugurant un dialogue entre des « musiciens-étamines » au sol et des chanteurs-voltigeurs postés sur une « étoile de l’air ». « Mù repose sur une idée simple, des costumes évocateurs et un effet de masse créant une emprise sur la rue », décrypte Rémi Allaigre, l’un des trois directeurs artistiques. Dernier acte de cette odyssée au fil des éléments, l’envolée de l’étoile, laissant la foule « immergée dans la matière », éblouie par ce songe matérialisé.

Texte: Marine Durand, Photo: Juan Robert
Informations
Grande Synthe, Place de l'Europe
15.09.201520h30, Gratuit
Articles similaires