Home Exposition Paul Smith

Classic with a twist

Après Londres et avant Tokyo et Pékin (excusez du peu), c’est à Hasselt, ville flamande de 70 000 habitants, qu’a fait escale au début de l’année l’une des expos de mode les plus inspirantes du moment. Fort d’un record de fréquentation, le ModeMuseum prolonge jusqu’à la mi-août Hello, my name is Paul Smith. Dernière chance pour les retardataires de pénétrer l’univers singulier du designer british.

 

Quand le Design Museum de Londres a demandé à Paul Smith s’il était d’accord pour que l’exposition soit présentée ici, sa première réaction a été : “Hasselt, mais qu’est-ce que c’est que cet endroit ?!” », s’exclame Kenneth Ramaekers, à la tête du ModeMuseum depuis six ans. « L’évidence aurait été d’aller à Bruxelles ou Anvers, mais Paul, lui-même originaire de Nottingham, une ville de province, n’est pas du genre à choisir la facilité ». Pas peu fier de son coup, le jeune directeur peut aussi se targuer de présenter une version inédite de la rétrospective : avec le passage de l’Angleterre à la Belgique, le parcours a été augmenté de 400 m2, s’enrichissant d’une plus grande sélection de vêtements et d’accessoires ou d’un labyrinthe spécialement décoré de rayures, si chères au créateur.

 

Pur génie.

De la reconstitution de la première boutique (9 m2 sur Byard Lane sortis de terre en 1970), à la réplique de son bureau, racontant en photos, livres, objets de design, la variété de ses inspirations, en passant par les sons et vidéos de la « salle numérique », tout ce qui était à Londres est aussi à Hasselt. C’est avant tout l’avènement d’une griffe de renommée mondiale que Kenneth Ramaekers et la conservatrice Donna Loveday ont souhaité montrer. « Paul Smith a bâti son empire pas à pas sans l’aide d’aucune banque, sans jamais s’appuyer sur un grand groupe. C’est du pur génie, et cela peut encourager beaucoup de jeunes créateurs à se lancer. » Inspirantes aussi, les chemises aux couleurs chatoyantes, les vestes et manteaux vendus dans le magasin d’origine, les collections féminines mêlant classe anglaise et brin de folie, issus des archives personnelles du styliste et distillés tout au long de l’exposition. Au détour d’une salle, une petite note signée de la main de Paul Smith résume aussi bien le personnage que le message relayé par l’exposition : « Everyday is a new beginning* ».
* « Chaque jour est un nouveau commencement »

Marine Durand
Informations
Hasselt, ModeMuseum
30.01.2015>16.08.2015mar>dim : 10h>17h,, 8/6/3€/ gratuit -12 ans,

Hello, my name is Paul Smith, Jusqu’au 16.08, Hasselt, ModeMuseum, mar>dim : 10h>17h, 8/6/3€/ gratuit -12 ans, www.modemuseumhasselt.be

Articles similaires
Dix de der © Didier Comès / Casterman