Traits fauves

À 29 ans, ce Gantois au physique de rock star incarne la nouvelle vague de la bande dessinée. Depuis son premier ouvrage, Les Noceurs, lauréat du Prix de l’Audace 2011 à Angoulême, chacun de ses livres est attendu autant par la critique que le public. Mais qui se cache derrière celui que le milieu qualifie sans arrêt de « petit génie » ?

Nous avons rencontré Brecht Evens à l’occasion de la sortie de Panthère. Un troisième album qui nous emmène dans la chambre d’une petite fille. Christine vit seule avec son père depuis que sa mère les a quittés. Et Patchouli, son chat, vient de mourir… Un soir, le tiroir de sa commode s’ouvre. En surgit une panthère aux couleurs flamboyantes qui se prétend prince d’un pays féerique qu’il va décrire à cette gamine si triste… On retrouve dans ce livre la patte singulière qui a révélé Brecht Evens à l’international (il est traduit en six langues). Cet auteur surdoué bouscule encore le 9e art : pas de bulle ni de case, mais un univers reposant sur des gouaches et aquarelles surréalistes, oscillant entre figuratif et abstrait, cubisme et expressionnisme. On l’aura compris, le Flamand s’inscrit moins dans la ligne de Hergé, Uderzo ou Franquin (même si, petit, il dévorait Tintin, Astérix et Gaston Lagaffe) que dans celle des grands maîtres de la peinture. Il cite pour influences Matisse, Picasso, Brueghel, Giotto…. Et vient d’exposer ses premières toiles à Paris. Dès lors, où situer cet ancien élève de l’Institut Saint-Luc de Gand ? Est-il question de BD ou d’art contemporain ? « Pour moi, ce sont plus des questions de libraires, je me considère surtout comme un dessinateur », éludet- il avec malice. « Mais ce que je préfère, c’est raconter des histoires, ça me va bien ». A nous aussi.

 

A LIRE AUSSI : les éditions Frémok, laboratoire éditorial

A LIRE AUSSI: quand la BD sort de ses cases

 

François Annycke & Julien Damien

À lire / Panthère, (Actes Sud), 126 p., 23€

A visiter / brechtnieuws.blogspot.fr

Articles similaires