Home Musique Shamir

Nouvelle star

Nos avis péremptoires ont souvent atteint leur date de péremption, mais prédisons l’avenir une fois encore : Shamir sera LA star de 2015. Le jeune Américain possède une gueule, une âme et un talent inné pour composer des tubes piochant dans toutes les écoles. Imparable.

N’en déplaise aux réactionnaires obsédés sexuels (un papa, une maman, etc.), la période est aux genres flous. Le carton de Stromae, grande bringue jaillie d’un cartoon, est un signe. On devrait parler sous peu de Lotic, Texan émigré à Berlin. En attendant, voici Shamir, dont le premier EP, Northtown (2014), brisait joyeusement les genres : se carambolaient disco, soul, acid house, pop, R&B et… country, via une reprise de Lived And Died Alone, signée Lindi Ortega. Le tout entonné par une voix haut-perchée digne de quelques divas soul – Nina Simone en tête – et porté par un visage d’ange (donc sans sexe, c’est bien connu).

En mode divin.

Cette démarche relève de la construction consciente : « Quand on m’a pris pour une fille, ça m’a rendu fou », confiait l’intéressé au magazine Interview. « Puis j’ai compris que ce n’était pas un fardeau, mais quelque chose qui me rendait unique. J’ai alors injecté cette androgynie dans ma musique ». Ce qui n’ôte rien à la force de ses chansons ou au charisme du jeune homme : aux dernières Trans Musicales de Rennes, dans un Ubu surchauffé, le natif de Las Vegas a survolé une soirée dédiée à son label Godmode (on vous conseille d’ailleurs de jeter une oreille au prometteur Isn’t Ours). Enfant des années 00 et du mariage polygame d’esthétiques et d’époques, Shamir incarne la pop star qui réconciliera définitivement indie autoproclamée et mainstream malin. On l’attendait depuis très, très longtemps.

 

Thibaut Allemand
Concert(s)
Shamir
Bruxelles, Ancienne Belgique/club
25.05.2015 à 20h0015€
Articles similaires
© Alan Lear