Beauté Sauvage

Le Victoria & Albert Museum met à l’honneur celui que l’on surnommait le « bad boy » de la mode. Présentée pour la première fois en février 2011 au Metropolitan Museum of Art de New York (avec un record de fréquentation à la clé : 661 509 visiteurs), Savage Beauty  ressuscite à Londres l’œuvre (puisque c’est bien de cela qu’il s’agit) du visionnaire Alexander McQueen.

Cette rétrospective posthume expose jusqu’en août 244 pièces de cet artiste au style anti-conformiste, caractérisé par une tension entre violence (voire morbidité)  et raffinement, gothique et romantisme, goût pour la provocation, la technologie et influences historiques. « I ‘m a romantic schizophrenic », aimait à dire l’ancien directeur artistique, qui s’est donné la mort en février 2010 à l’âge de 40 ans.

Ici, des mannequins aux masques de cuir zippés en côtoient d’autres habillés dans un style typiquement victorien. Hologrammes, têtes d’alligator, robes couvertes de plumes ou de pointes métalliques… Les créations de celui qui était capable de dénicher la beauté partout – même dans la mort et la barbarie – sont magnifiées dans des salles à l’esthétique à la fois futuriste, aristocratique et tribale. Elles restituent parfaitement le royaume étrange d’Alexander Mc Queen, qui voyait son art comme « une célébration de la beauté et de la sauvagerie du monde ».  

 

Julien Damien

Jusqu’au 2 août, Londres, Victoria and Albert Museum, ts les jrs, 10h>17h30, sf ven, 10h>21h30, £17.50  vam.ac.uk/savagebeauty

 

Articles similaires
Double Bill