Le secret bien gardé de la gaufre flamande

©Julien Damien

La Belgique n’a pas le monopole de la gaufre. Le nord de la France peut aussi s’enorgueillir d’un péché de gourmandise. Celui-ci n’est pas carré avec des trous, ni rond et recouvert de sucre, mais fin et fourré à (presque) tout ce que vous voulez : il s’agit de la gaufre flamande. A Houplines (près d’Armentières), Jean-François Brigant perpétue depuis 18 ans « une tradition qui remonte au temps où les mamies offraient des gaufres à leurs petits-enfants venus leur souhaiter la bonne année ». Un morceau de patrimoine local qui se déguste comme une madeleine de Proust et que ce quinquagénaire ne voudrait pas qu’on oublie. Il lui a donc dédié un musée. C’est à côté d’anciens poêles flamands et d’une improbable collection de gaufriers que ce fils et petit-fils de charcutier nous explique qu’il a quitté son poste de directeur de restauration pour reprendre cet atelier. Et c’est avec des outils issus d’une autre époque que cet artisan travaille une pâte dont la recette, imaginée en 1933, a été rachetée « à une grand-mère des Flandres ». Mais, qu’elle soit au spéculoos, au pain d’épice ou au Whisky de Wambrechies, inutile de cuisiner le Nordiste : « c’est un secret ».

A lire aussi…

La gaufre : une histoire belge

Paris met son grain de sel

Meert, une institution lilloise

Claviers, meubles et livres à dévorer

La confrérie de la gaufre liégeoise

Julien Damien

La gaufre du pays Flamand – Le petit musée de la gaufre, 4 rue Victor Hugo, Houplines, lun>ven, 8h>19h, sam, 9h>12h, +33 (0)3 20 77 40 19, www.gaufrehouplines.com