Home Théâtre & Danse Shell Shock

Le chant des canons

Nicholas Lens & Nick Cave
Nicholas Lens © Clara Lane

Nick Cave, Nicholas Lens, Sidi Larbi Cherkaoui. Trois figures de la scène artistique contemporaine réunies pour la première fois autour d’un projet commun : Shell Shock, opéra sondant les traumatismes de la Grande Guerre, en création mondiale au Théâtre royal de la Monnaie. Assurément la collaboration la plus ambitieuse de l’automne.

« Qui suis-je pour parler de la difficulté de tuer ? Quelle est ma légitimité pour raconter l’horreur d’un conflit que je n’ai pas connu ? » Ces interrogations ont frappé Nick Cave au moment d’entamer l’écriture du livret de Shell Shock, Un requiem de guerre, sur proposition de Nicholas Lens. Si le chanteur et auteur confesse qu’il « ne connaissait rien à la musique classique » avant d’aborder ce projet, il rejoignait le compositeur belge dans son envie de donner une voix aux oubliés de l’Histoire, pas aux organisateurs des combats. Sous la plume de l’Australien, ces anonymes aux vies brisées prennent la parole et gagnent une capitale (le Soldat, l’Infirmière, le Déserteur, le Survivant…), symbole de la portée universelle de ce long poème dramatique découpé en douze chants. Sidi Larbi Cherkaoui, à la mise en scène, s’attaque ici à son premier opéra. Avec beaucoup d’envie : « Le choix du titre Shell Shock [ou obusite, le nom donné aux traumatismes psychiques consécutifs au choc d’une explosion] constitue une proposition puissante et riche », relève le chorégraphe anversois, soulignant l’importance de « trouver des formes artistiques qui maintiennent vivante la mémoire de la guerre ». Un rendez-vous avec l’Histoire à ne pas manquer.

Texte Marine Durand Photos DR / Clara-Lane / Koen Broos
Informations
Bruxelles, La Monnaie

Site internet : http://www.lamonnaie.be/

24.10.2014>02.11.2014mar>sam, 20h sf dim 15h, 90/85/60/40/20/12€
Articles similaires