Home Cinéma P’tit Quinquin

Pour et contre

 © Roger Arpajou

L’auteur de La vie de Jésus nous entraîne dans une enquête loufoque au sein d’un village de la Côte d’Opale frappé par une série de meurtres trashs. Deux gendarmes pieds nickelés se débattent avec les affres du Mal sous le regard de P’tit Quinquin. Et Bruno Dumont fait une incursion risquée dans la comédie. A tort ou à raison ?

 

 

POUR

Bruno Dumont qui fait dans la comédie ? C’te blague. Il faut dire que le Bailleulois ne nous avait jamais vraiment taquiné les zygomatiques. Pourtant, P’tit Quinquin dézingue vite les a priori. La crudité, l’ultra-réalisme qui font la marque du réalisateur siéent à merveille au burlesque dont se pare ce Seven chez les ch’tis bien barré. Pas grand-chose n’a changé dans le fond : ces gueules du cru, ces paysages filmés façon toiles flamandes. Il en fallait finalement peu pour faire basculer le style dumontien dans l’humour. De celui qu’on retrouve dans le couple Delépine- Kervern ou chez Tati. La série doit justement beaucoup au personnage principal, mix entre Mr Hulot et Michel Simon, centre loufoque d’un univers tragicomique insoupçonné.

J.D

VS

CONTRE 

À Cannes, la mini-série de Bruno Dumont avait suscité une vague d’enthousiasme. Le réalisateur de L’Humanité changeait de format, mais aussi de genre. Ce passage à la comédie serait, pour le cinéaste, une manière de “purger” son travail. Hélas, la lourdeur métaphysique et le souci un peu caricatural du contemporain déjà à l’œuvre dans Hadewijch ne prêtent jamais à rire. L’humour se construit presque exclusivement au détriment des personnages / acteurs. L’entreprise vire à l’impuissance lorsque Dumont, pour perturber son écriture et rythmer ses scènes convoque des handicapés mentaux. évoluant sur le fil distinguant « rire avec » et « rire de », P’tit Quinquin penche, malgré quelques éclats de pure comédie, trop souvent du mauvais côté.

R.N

 

 

Raphaël Nieuwjaer et Julien Damien

De Bruno Dumont, avec A. Delhaye, L. Caron, B. Pruvost, P. Jore, 18 & 25.09, Arte, 20h50 (4×52 min)

Articles similaires
Nell Tiger Free in “Servant,” now streaming on Apple TV+.