Home Best of Chroniques Fujiya & Miyagi

Artificial Sweeteners

Yep Roc / Differ-Ant
Artificial Sweeteners - pochette

Jadis, c’était pas trop compliqué de bricoler une chronique de Fujiya & Miyagi. Au bureau, on avait même un lexique exprès. On y trouvait les termes faux-duo (ou quatuor, pour varier), Brighton, chant atonal et susurré et le sacro-saint krautrock. C’est vrai, le terme est galvaudé mais s’impose lorsqu’il s’agit d’évoquer le faux-duo de Brighton, puisque le quatuor susurre son amour au genre depuis quatre albums déjà. Pour ce cinquième essai, les influences de Neu! et Can demeurent audibles (Rayleigh Scaterring, pour n’en citer qu’un), mais la bande à Steve Lewis surprend avec un Tetrahydrofolic Acid, très… acid et pas loin d’AFX, ou Vagaries Of Fashion, plutôt techno pop. Penser à remettre le lexique à jour

Thibaut Allemand
Articles similaires
Hot Chip, A Bath Full Of Ecstasy