Home Cinéma Real Humans

Robots après tout

Après une première saison remarquable, Real Humans approfondit ses intrigues et pose sans détour les questions brûlantes. L’intégration des hubots au sourire béat est-elle bien acceptée ? Quel avenir pour le “vivre-ensemble” ? Le progrès technologique est-il infini et toujours souhaitable ?

Dans ce futur proche, tout est identique à notre présent, excepté les hubots (pour humains-robots). Ceux-ci sont vendus chez des concessionnaires et programmés pour être domestiques ou auxiliaires de vie. Au sein des foyers, les robots s’individualisent et développent des sentiments, premiers pas vers une conscience. Or, un marché noir s’organise et ces machines à la plastique parfaite sont reprogrammées à dessein sexuel. Des hubots “clandestins” – libérés de leur propriétaire – préparent le soulèvement des leurs grâce à un code informatique libérateur, celui de David Eisher, leur docteur Frankenstein. En six épisodes et autant d’histoires, l’intrigue pose des questions sociales d’actualité, comme les droits des étrangers (voir ces “vrais humains” qui refusent que leur boulot soit “volé” par des robots) ou plus existentielles – la question de la conscience, tout simplement. Enfin, le créateur Lars Lundström pointe l’incessante course au progrès technologique et anticipe le trans-humanisme, qui prône l’usage des sciences et des techniques pour améliorer les capacités physiques et mentales des êtres humains. L’un des champions de ce mouvement se nomme Google. Un futur très, très proche, donc.

Florian Koldyka

Real Humans, saison 2
15.05> 12.06, 2 épisodes chaque jeudi, 20h50, Arte


Articles similaires
© Jour2Fête