Home News Moderne Olympia

De la réalité à la fiction

Catherine Meurisse

Catherine Meurisse, dessinatrice chez Charlie-Hebdo, inaugure la collection Musée d’Orsay-Futuropolis. Moderne Olympia est une fantaisie débridée mêlant humour et subtilité pour donner vie aux tableaux impressionnistes du musée – devenu ici studio hollywoodien….

Il n’est plus ici question de peinture. Réalisateurs, directeurs de castings, acteurs et figurants s’affairent à tout va, passant d’un tournage à l’autre. Il s’agit d’être embauché sur la prochaine… toile. Vous avez saisi ? Jouant avec les codes du cinéma, Meurisse imagine les personnages immortalisés par Manet ou Courbet sortir du cadre. Ainsi, l’Olympia de Manet est une jeune fille nue, simplement vêtue d’un collier de tissu noir. Mais ce personnage peu ordinaire, qui a enchaîné les petits rôles (L’Origine Du Monde, c’était elle!) rêve de devenir une vedette. Le rôle de sa vie ? La Juliette de Shakespeare. Mais ce n’est pas chose aisée lorsqu’on est issue du quartier des « Refusés ». Olympia n’obtient que des rôles de figurantes. Car pour réussir, il faut coucher. Et elle n’est pas prête à cela. Sur un tournage, elle rencontre Romain, un acteur du clan ennemi, les « Officiels » et tombe amoureuse. Jalouse, Vénus s’oppose à cette idylle. Commence alors une guerre sans pitié, façon Capulet VS Montaigu… ou impressionnistes contre académiques.

Tandis que les toiles de Renoir, Van Gogh ou Degas défilent au fil des planches, les personnages prennent vie. Meurisse multiplie les clins d’œil à la comédie musicale (West Side Story, Singin’ In the Rain, Les Demoiselles De Rochefort…) et fait passer Toulouse-Lautrec pour un poivrot – ce qu’il était aussi, c’est vrai. Évidemment, quelques notions sont nécessaires pour saisir toutes les références. N’empêche, cette comédie picturale est l’occasion de (re)découvrir quelques chefs d’œuvres de la peinture. Et, pourquoi pas, (re)mettre les pieds dans l’un des plus prestigieux établissements du bord de Seine. Promis, vous ne regarderez plus jamais Olympia comme avant.

 

 

 

Moderne Olympia (éd. Futuropolis), Catherine Meurisse, 72 p., 17€, www.futuropolis.fr

Articles similaires
(c) Passenger Shaming

© Ben Fearnley