Home Best of Chroniques Sohn

Tremors

(4AD/Wagram)

Ce Londonien expatrié à Vienne transforme l’essai après des EPs remarqués. The Wheel (2012) puis Bloodflows (2013), regorgeant d’expérimentation sonore contenaient déjà une belle promesse. Tremors souffle maintenant le chaud et le froid en permanence et impressionne par sa puissance. L’ambiance bigrement sombre est traversée ça et là par de brillants soleils, notamment des choeurs et une voix qui peut rappeler Ásgeir. On pense aussi à cette nouvelle vague de producteurs apparus dans le sillage de James Blake, associant une musique soul minimaliste à l’héritage de deux décennies de bass music britannique. Cet album qui s’inscrit dans une veine introspective accélère d’ailleurs le rythme à l’occasion (Ransom Notes, Artifice) et rebat, mine de rien, les cartes du R&B.

Alexis Floret
Articles similaires
Hot Chip, A Bath Full Of Ecstasy