Home News Ciné-motion

© M.Libert / 20 Minutes

Le 12 février dernier, le Fresnoy de Tourcoing accueillait sa première séance de « cinéma émotif ». Une rétrospective de comédies romantiques ? Pas vraiment. En fait, un court-métrage de 26 minutes signé Marie-Laure Cazin. Mademoiselle Paradis raconte comment Franz- Anton Mesmer, médecin allemand permit la guérison de la cécité d’une jeune pianiste grâce à un fluide magnétique. Dans la salle, deux spectateurs étaient munis d’un casque doté d’électrodes pour capter en temps réel l’activité cérébrale. Ainsi, en fonction des émotions procurées (joie, tristesse, excitation, ennui) le film pouvait varier, proposant jusqu’à douze versions différentes ! On n’ose imaginer ce qu’un David Lynch, spécialiste des labyrinthes à tiroirs et double-fonds, donnerait avec un tel dispositif. La question mérite d’être posée devant de nouvelles versions visibles à Nantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

29.04, Nantes, Stereolux, www.marielaurecazin.net

Articles similaires
(c) Passenger Shaming

© Ben Fearnley