Home News L’étoile s’étiole

Le restaurant Huis Van Lede, à Wannegem-Lede

Une étoile au Michelin, 15/20 au Gault et Millau. D’aucuns s’enorgueilliraient d’une telle distinction. Il arrive pourtant que le chef jette ses récompenses au feu – dernier exemple en date, le restaurant flamand Huis van Lede, dans le petit village de Wannegem-Lede (Belgique). Fredrick Dhooghe exige de ne plus figurer dans les guides culinaires, après huit ans passés dans leurs pages. En cause, l’attitude des « touristes gastronomiques » qui dénaturent l’esprit des restaurants : « Je veux me sentir moi-même dans ma cuisine et pouvoir servir un poulet parfaitement rôti », explique l’humble maître-queux. « Je souhaite simplement faire une excellente croquette aux crevettes »

Qu’on se comprenne bien : le restaurateur se dit très fier de la distinction qui lui revient. Une étoile, après tout, c’est l’assurance d’une croissance exponentielle pour les heureux décorés…mais voilà : « A cause de mon étoile, tout le monde s’attend à une cuisine spectaculaire. Et je ne veux pas me sentir obligé de répondre à cette demande », poursuit le chef Dhooghe, droit dans ses bottes. Au-delà de la démarche, louable, on se pose la question de la finalité de ces distinctions aujourd’hui. Sont-elles le sacro-saint sésame récompensant une cuisine d’exception vouée à le rester ? Une tarte à la crème pour attirer le chaland, et faire monter la sauce ? Ou une pression supplémentaire sur les épaules du cuistot ? Car l’obtenir, c’est bien, mais la perdre, c’est plus dur à assumer…
Après tout, autant faire comme McDo : jamais d’étoile, bondé depuis toujours.

 

Articles similaires

(c) Aerosol Kings