Home Best of Chroniques Sacrifice

Bien torché

de Agnieszka Holland

Une fois encore, chapeau à HBO : la filiale européenne du network américain livre une excellente série sur un épisode aussi célèbre que méconnu de l’Histoire européenne : le sacrifice de Jan Palach, en 1969, et ses conséquences.

Janvier 1968, le Parti communiste tchécoslovaque prône une certaine libéralisation : c’est le Printemps de Prague. Au mois d’août, les chars soviétiques annoncent la Normalisation. Janvier 1969, l’étudiant Jan Palach s’immole par le feu en guise de protestation. Le pouvoir craint que ce geste fasse traînée de poudre et tente de discréditer le jeune homme, l’accusant d’être mentalement fragile et manipulé par l’Ouest.
Face à ces mensonges, la famille Palach porte plainte contre l’État, défendue par une jeune avocate a priori réticente. Elle ne se doute pas de ce qui l’attend… Polonaise, mais née à Prague lors du Printemps, la réalisatrice Agnieszka Holland (The Wire) a sans doute puisé dans son vécu pour filmer le quotidien d’une république socialiste. Un peu dérouté par l’image (tout était-il vraiment beige et kaki ?), on est captivé par les comédiens (tchèques) d’un thriller politique qui mêle la petite histoire à la grande. Attention : extrêmement lent, le premier des trois épisodes peut décourager. Cette mise en place des personnages prend tout son sens ensuite, lorsque l’étau se resserre. Le titre original (Horící ker, soit buisson ardent) était plus judicieux – l’action de Palach révèle quelque chose qui aboutira, 20 ans plus tard, à la Révolution de Velours.

 

 

Thibaut Allemand

Avec Tatiana Pauhofová, Jaroslava Pokorná, Petr Stach, Ivan Trojan…
27 & 28.03, Arte, 20h50 // DVD disponible le 01.04, (Ed. Montparnasse, Coffret 2DVD , 20€)

Articles similaires
© Stephanie Branchu, Pyramide Distribution

© Jour2fête